France Culture : Azerbaïdjan, présidentielle dans une dictature

Papier radio du journal de France Culture du 11 avril 2018

LANCEMENT

Ce mercredi, plus de 5 millions d’Azerbaïdjanais sont appelés aux urnes pour élire leur Président. Aucun suspens dans cette ex république soviétique, riche en hydrocarbures, qui est devenue une vraie dictature ces dernières années. L’opposition boycotte le scrutin, estimant que les conditions minimales pour tenir une élection ne sont plus réunies. D’autant que le vote a été avancé de 6 mois à la surprise générale. Ainsi, Ilham Aliev, 56 ans, sera-t-il reconduit dans ses fonctions pour la 4ème fois. A Tbilissi, correspondance régionale de Régis Genté

PAPIER

Le règne des Aliev sera prolongé pour sept ans de plus au terme de cette élection qui n’en est pas une. Comme les précédentes, toutes marquées par des pressions sur la population et de grossières manipulations des résultats. Ilham Aliev, au pouvoir depuis 15 ans, après 10 ans de règne de son père Heydar, va donc continuer à administrer la république caucasienne, épaulé par son épouse Mehriban devenue vice-présidente l’an passé.

Huit candidats sont en lice… mais aucun ne représente quoi que ce soit, et surtout pas l’opposition. L’opposition, la vraie, décimée en 25 ans de règne des Aliev, boycotte le semblant de scrutin… tandis qu’Ilgar Mammadov, du Mouvement Alternatif Républicain, seule voix a réellement représenter un autre choix pour les dix millions d’Azerbaïdjanais, est en prison depuis 2013. La Cour européenne des droits de l’homme a jugé sa détention illégale.

Les médias et les organisations de la société civile sont systématiquement muselés. Notamment depuis 2014, après que le pouvoir a vu combien les peuples arabes ou ceux de l’ex-URSS, comme en Ukraine, pouvaient renverser leurs dirigeants. Une dizaine de journalistes croupissent dans les geôles du pays, quantité d’autres ont fui à l’étranger… tandis que les plus loyaux se sont vus offrir des appartements par le gouvernement.

Leave a Reply

%d bloggers like this: