RFI: Arkadi Babchenko fait face au scepticisme de ses pairs

Papier diffusé dans les journaux de la matinale, sur RFI, le 01/06/2018

A Kiev, Arkadi Babchenko a donné sa première conférence de presse. Le journaliste russe était revenu d’entre les morts le 30 mai après qu’une opération spéciale des services secrets ukrainiens ait arrêté ses assassins potentiels. Il a raconté le déroulé de l’opération, et s’est expliqué sur son bien-fondé. La méthode employée par les services ukrainiens n’en finit pas de faire débat. A Kiev, Sébastien Gobert

Arkadi Babchenko n’a dormi que quelques heures depuis son faux meurtre, le 29 mai. Cela ne l’a pas empêché de faire face au scepticisme de ses collègues journalistes. Certains déplorent qu’il ait franchi une ligne rouge, en coopérant avec les services secrets.

Arkadi: J’aimerais vous demander comme vous auriez réagi? Si on vient vous voir, et qu’on vous montre votre photo et qu’on vous dit: c’est vous la cible? Vous voulez survivre, ou vous voulez préserver l’éthique et la moralité de la profession?

Arkadi Babchenko explique qu’il n’abord pas cru les services secrets, mais a fini par coopérer. Les services ont fini par identifier les assassins potentiels et auraient pu les arrêter. Alors pourquoi choisir l’option extrême de simuler sa propre mort?

Arkadi: Je ne sais pas pourquoi les services avaient besoin de cette mise en scène. Ils avaient sans doute leurs raisons. Il faut leur demander.

C’est là une question centrale de la polémique qui entoure cette affaire. Les autorités assurent avoir récolté plus de preuves grâce à la manoeuvre. Assassin et commanditaire présumés sont désormais sous les verrous. Mais rien ne prouve qu’ils aient effectivement planifié des meurtres en série, ou même agi pour le compte de la Russie. Arkadi Babchenko veut lui laisser ces polémiques aux autorités. Il est sous protection rapprochée et confesse ne plus avoir le contrôle de sa vie. Mais au moins, il est vivant.

Leave a Reply

%d bloggers like this: