LLB: Pourquoi l’Ukraine a été contrainte de créer une cour anti-corruption

Article publié dans La Libre Belgique, le 07/06/2018

“Hourra ! C’est le résultat de 2,5 ans de lutte ! Ce n’est pas encore une victoire totale, mais certainement un grand pas en avant !” Le directeur du Centre d’action contre la corruption, Vitaliy Shabounine, est extatique sur son post Facebook. Ce 7 juin, 315 parlementaires sur 382 viennent de voter la création d’une haute cour anticorruption, une des demandes clés de la société civile et des partenaires occidentaux de l’Ukraine. Dans l’hémicycle, les représentants de l’ancien régime du président déchu Viktor Ianoukovitch ont fièrement voté “non”, en faisant mine d’ignorer l’air réjoui du Président actuel, Petro Porochenko. “Nous avons aujourd’hui parachevé notre nouveau système de lutte anti-corruption”, s’est-il félicité.

“Il a fallu le pousser, Petro Porochenko…”, commente le député Moustafa Nayyem, ancien journaliste d’investigation. Depuis son arrivée à la présidence, les scandales de corruption se sont multipliés dans l’entourage de Petro Porochenko. La plupart des personnalités arrêtées ont trouvé leur salut dans la complicité des tribunaux. Plusieurs nouvelles institutions se sont révélées des coquilles vides, comme l’Agence en charge de vérifier les déclarations de patrimoine, pour beaucoup scandaleuses, des politiciens et fonctionnaires.

Lire la suite de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: