RFI: Une association représentant la république auto-proclamée de Donetsk en France confirmée par la justice

Papier diffusé dans les journaux de la matinale, sur RFI, le 07/09/2018

Petit coup de tonnerre dans les relations entre la France et l’Ukraine. Hier, 6 septembre, le tribunal de grande instance d’Aix en Provence a reconnu la légalité du Centre de Représentation officielle en France de la République populaire de Donetsk, basé à Marseille. C’est une simple association de loi 1901, mais elle pose un problème politique. Elle entend représenter une république auto-proclamée, soutenu par la Russie dans l’est de l’Ukraine. Un Etat fantoche que le gouvernement français ne reconnait pas. En Ukraine, on enrage contre la décision de justice.
A Kiev, Sébastien Gobert

Depuis l’Ukraine, les Français sont souvent dénoncés comme très russophiles et complaisants vis-à-vis de la politique de Vladimir Poutine en Ukraine; à savoir, l’annexion de la Crimée, et le lancement d’une guerre dans l’est du pays qui dure depuis 2014. Cette décision de justice ne va pas arranger cette appréciation, même si le tribunal de grande instance s’est basé sur le respect du droit associatif, et non sur des considérations politiques. Il n’est pas établi “le caractère illicite de l’objet de l’association ou du but poursuivi”, commente le juge. Le centre de représentation de la république non-reconnue peut donc continuer à fonctionner, comme d’autres associations du même type en Italie, en Grèce et en Autriche. Une seule “représentation” avait été contrainte de fermer par décision de justice, en République tchèque. Côté ukrainien, le ministère des affaires étrangères n’a pas encore adopté de position officielle, et mène des négociations étroites avec ses partenaires français. Il appartient au Quai d’Orsay, initiateur de la plainte en justice, de décider s’il entend faire appel de cette décision. Pour l’heure, Hubert Fayard, un ancien élu d’extrême-droite à la tête du centre de représentation, se réjouit d’une grande victoire. Selon lui, le tribunal reconnaît “par voie de conséquence l’existence de la république Populaire de Donetsk”. Il n’y a rien de moins vrai, mais le symbole est fort. Il arrive à point nommé à Donetsk, en pleine incertitude après l’assassinat de son chef auto-proclamée Alexander Zakharchenko, le 31 août.

Leave a Reply

%d bloggers like this: