IKEA débarque en Ukraine, et sonne le glas de la corruption?

L’Ukraine se réjouit à un évènement qui passerait assez inaperçu en France: la chaîne d’ameublement IKEA a annoncé le 12 septembre l’ouverture prochaine d’un magasin dans le pays… Les Suédois négociaient depuis plus de dix ans avec les autorités successives du pays, et le moment semble venu. L’annonce intervient alors que plusieurs autres grandes corporations internationales s’installent en Ukraine. Clés de lecture.

Pourquoi est-ce si important de voir IKEA s’installer en Ukraine?

C’est un marqueur des réformes dans le pays. La chaîne suédoise est l’une des plus exigeantes vis-à-vis de la corruption, véritable fléau en Ukraine. Les négociateurs avaient déjà claqué la porte plusieurs fois, parce que les Ukrainiens leur demandaient trop de bakchichs. Ca veut dire, les ministres, les policiers, les procureurs, les juges, les agents immobiliers… En Ukraine, et dans l’espace post-communiste en général, ça a longtemps été une pratique courante. Et une fois l’investissement réalisé, il y a toujours eu le risque de se faire confisquer son usine par des hommes cagoulés et armés, ou de se faire détrousser par un comptable véreux. La corruption était d’ailleurs au cœur des contestations lors de la révolution de 2014. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’insatisfaits, et on considère qu’il y a encore beaucoup à faire. Mais l’entrée d’IKEA, ça prouve que certaines réformes ont porté leurs fruits. Une estimation est sortie il y a peu, disant que la lutte contre la corruption fait économiser 6 milliards par an à l’Etat. Et comme on le voit, les investisseurs internationaux ont moins peur de s’installer dans le pays.

C’est d’autant plus symbolique qu’IKEA n’est pas le seul à être intéressé par l’Ukraine…



En ce moment, c’est une sorte de parade en effet. H&M, encore des Suédois, viennent d’ouvrir leur premier magasin à Kiev, et veulent en ouvrir 4 autres avant la fin de l’année. Le low-cost Ryanair a ouvert des lignes à partir de l’Ukraine. Les Saoudiens de Salic ont investi plusieurs dizaines de millions dans l’agriculture du pays. Renault pense à ouvrir une chaîne de production de voitures en Ukraine… Pour le Président Petro Porochenko, ce sont des signes de confiance de sa politique. Il reste néanmoins beaucoup d’inconnues, notamment des négociations douloureuses avec le FMI qui pourraient affecter la stabilité financière du pays. Et il reste beaucoup à faire pour lutter contre la corruption, à tous les niveaux. La directrice du European Business Association (EBA) en Ukraine, Anna Derevyanko, citée par le dailystar.net, note que l’arrivée d’IKEA, Ryanair, et H&M est plus le résultat d’efforts ciblés de la part du gouvernement que d’une tendance générale. Beaucoup d’investisseurs se plaignent encore et toujours de problèmes de corruption, et de la sélectivité de la justice. Si des garanties ont été données à IKEA et aux autres, tous les investisseurs ne sont visiblement pas sur un même pied d’égalité.

Même si ce sont des investissements ciblés, ces annonces sont très bien accueillies par les Ukrainiens. Qu’est-ce que cela va changer pour eux?

L’arrivée de ces grandes enseignes internationales est une source de fierté en Ukraine, évidemment. Mais elle a aussi des conséquences très concrètes, comme partir en vacances moins cher avec Ryanair ou avoir accès aux collections H&M (pour ceux qui aiment). En ce qui concerne IKEA, la coutume locale a été jusqu’à présent d’aller acheter des meubles dans les pays voisins, notamment en Pologne. Soit des voyages de plusieurs milliers de kilomètres pour des particuliers, ou des affaires juteuses pour des contrebandiers frontaliers. Les postes-frontières sont engorgés de voiture et camionnettes de particuliers transportant ce genre de produits. Et avec IKEA qui s’installe dans le pays, c’est la fin d’une époque. La prochaine génération d’Ukrainiens n’aura plus à faire 2000 kilomètres pour aller chercher son armoire suédoise.

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: