Libération: Corruption : avec Porochenko, l’Ukraine condamnée à l’impunité

Juges à l’intégrité douteuse, tribunaux lents, alliance avec des oligarques, une “famille” impliquée dans des affaires… Avec toujours cette question: Petro Porochenko est-il victime, complice ou commanditaire?

Article publié dans Libération, le 19/03/2019

Juges à l’intégrité douteuse, tribunaux lents, alliance avec des oligarques… Malgré quelques avancées, le bilan du Président, élu en 2014 pour faire le ménage dans le pays et à nouveau candidat le 31 mars, ne convainc pas.

Photo: Niels Ackermann / Lundi 13

Il est l’un des visages de l’Ukraine du président Petro Porochenko. Son ancien patron, un parrain de la mafia d’Odessa, est surnommé «l’Ange». Une protection qui porte visiblement chance à Hennadiy Trukhanov, le maire de la troisième ville d’Ukraine, sur les bords de la mer Noire. A 54 ans, il est aisément reconnaissable à son crâne chauve, et à son allure sportive et élégante. Son service de sécurité, ou des voyous recrutés dans des salles de sport, se chargent d’écarter les journalistes dérangeants et les critiques politiques. Dans une Ukraine en guerre contre la Russie depuis 2014, il a dû dissimuler ses opinions traditionnellement prorusses. Il a renoncé sur le tard à sa deuxième citoyenneté russe, interdite par la Constitution ukrainienne. Son empire de sociétés offshore a figuré au premier plan des Panamá Papers de 2016. Trukhanov a été arrêté en février 2018 pour le détournement de 185 millions de hryvnias (environ 6,1 millions d’euros) de fonds publics. Remis en liberté rapidement, il est encore aujourd’hui le maire très actif d’Odessa.

Alors que le chef de l’Etat joue sa réélection dans le scrutin du 31 mars, l’heure est au bilan de celui qui avait promis de faire le ménage dans l’équipe corrompue de Viktor Ianoukovitch, le président déchu par la révolution de Maidan en février 2014. Ce dernier a certes été condamné à treize ans de prison par contumace pour haute trahison. Mais des 35,3 milliards d’euros qui auraient été détournés sous son règne, seuls quelques millions ont été recouvrés. Aucun haut dignitaire de l’ancien régime n’est derrière les barreaux. Beaucoup sont réfugiés à l’étranger. Ceux restés en Ukraine, dont Hennadiy Trukhanov, peuvent être sous le coup de plusieurs enquêtes : ils ne semblent pas inquiets pour autant. L’incapacité de la justice à obtenir des résultats est un révélateur du climat d’impunité dont profite la classe politique dans son ensemble, y compris les dirigeants actuels.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: