RTS: A Kiev, les nationalistes déployés comme observateurs d’élection

Parmi les 139 ONGs enregistrées pour observer les élections, les Natsionalniy Droujyny, une milice ultra-nationaliste qui se pose en assistance de la police – malgré de récents affrontements avec les forces de l’ordre. Son chef a évoqué la possibilité de “frapper quelqu’un au visage” en cas de fraude.

Reportage diffusé dans le journal de 12h30, sur la RTS, le 31/03/2019

Plus de 29000 bureaux de vote ont ouvert ce matin en Ukraine. Plus de 35 millions d’électeurs sont appelés pour le premier tour d’une élection présidentielle très incertaine. En plus des organisations internationales, 139 ONGs sont enregistrées comme observatrices. Parmi elles, les Natsionalniy Droujyny, une milice ultra-nationaliste qui se pose en assistance de la police. Son chef a évoqué la possibilité de “frapper quelqu’un au visage” en cas de fraude. La journée pourrait être entachée d’irrégularités. A Kiev, Sébastien Gobert

8h00, heure de Kiev, les premiers électeurs se pressent pour obtenir un bulletin de vote.

Iryna Podlesnya: Le bureau de vote est ouvert, c’est l’heure de voter! Nous invitons les électeurs!

Iryna Podlesnya

Iryna Podlesnya est la secrétaire de la commission électorale du bureau 557. Elle a enregistré 19 observateurs d’élections, la plupart commissionnés par des candidats. Les favoris, l’acteur Volodymyr Zelenskiy, l’ancienne première ministre Ioulia Timochenko et le président Petro Porochenko contrôlent de près le processus électoral. La campagne a déjà été entachée de multiples allégations de fraudes et d’achat d’électeurs.

Listes de candidats

Depuis 1999 qu’elle supervise les élections, elle assure ne pas avoir connu d’infractions majeures. L’Ukraine est pourtant connue pour des scrutins hauts en couleur. C’est pour cette raison que les Natsionalniy Droujyny se sont enregistrés comme observateurs. Le représentant local, Iouriy Petrenko.

Iouriy Petrenko: Nous allons juste assumer notre rôle citoyen. S’il y a une violation, nous la déclarerons par écrit, et s’il le faut, nous appellerons la police.

Sa milice est pourtant connue pour des affrontements violents avec la police. Certains politologues la soupçonne d’un possible coup d’éclat pour défendre l’intérêt de tel ou tel candidat. Iouriy Petrenko rejette l’accusation comme de la diffamation. La violence ne serait utilisée qu’en dernier recours.

Iouriy Petrenko: Notre chef parlait juste de graves violations, des cas de pression ou de menace. Dans ce cas-là, oui, nous interviendrons pour protéger l’élection.

Une membre de la commission électorale portant les bulletins de vote.

Dans le bureau 557, tout se passe bien. Mais à la mi-journée, déjà 338 irrégularités ont été rapportées. Dans le nord de l’Ukraine, une bombe fumigène a été lancée dans un bureau. L’élection se déroule globalement dans le calme, mais la perspective d’une escalade localisée est prise au sérieux.

Leave a Reply

%d bloggers like this: