RFI : Kazakhstan: un forum sur les médias dans un pays qui les malmène

Entretien publié sur RFI le 22 mai 2019

Photo : Dariga Nazarbaïeva

Ce 22 mai, s’ouvre à Almaty le XVIe Eurasia Media Forum. Pendant deux jours, l’ex-capitale du Kazakhstan accueille quelques stars du monde médiatique global, réunies par la fille de l’ex-président du pays et actuelle présidente du Sénat, Dariga Nazarbaïeva. Un évènement qui pose question, dans un pays réputé pour son contrôle autoritaire sur ses médias.

Aujourd’hui, la communication visant à se donner des airs de régime démocratique est une composante centrale de la politique étrangère des pays autoritaires. Et c’est en grande partie ce dont il est question avec l’Eurasia Media Forum.

Car dans le même temps, le pays continue de malmener ses médias. Le 9 mai par exemple, les sites web et autres plateformes de médias sociaux ont été fermés pendant une journée. Une journée de manifestation contre l’élection présidentielle à venir, le 9 juin prochain, jugée par quelques milliers d’opposants comme n’offrant pas de réel choix aux 16 millions de Kazakhstanais.

Le 9 juin Kassym-Jomart Tokayev devrait succéder à Noursoultan Nazarbaïev, qui a annoncé sa démission le 19 mars dernier après 30 ans de règne. La date du scrutin a été avancée, comme toujours au Kazakhstan, pour ne pas laisser à l’opposition le temps de se mettre en ordre de bataille.

Mais cet évènement est avant tout celui de Dariga Nazarbaïeva. Il y a 16 ans, la fille aînée de Noursoultan Nazarbaïev tentait de s’imposer sur la scène politique kazakhe, peut-être avec pour objectif de succéder à son père. Elle rencontrait alors beaucoup d’opposition dans les cercles du pouvoir et ne bénéficiait pas de la confiance de son père.

Et c’est ainsi qu’elle a joué, avec son ambitieux mari d’alors – dont elle divorcera en 2007 sous la pression de son père – la carte démocrate, ou du moins de l’image d’une politicienne moderne et démocrate. Depuis, elle est de nouveau rentrée dans le jeu, au point d’être devenue présidente du Sénat le 20 mars dernier, autrement dit le deuxième personnage de l’État.

Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump et gourou des partis populistes en Europe notamment, est annoncé à ce Forum. L’idée, pour Dariga Nazarbaïeva, est avant tout d’inviter des stars. Mais cela démontre aussi une certaine perméabilité aux idées de Steve Bannon, sans qu’il y ait forcément une adhésion idéologique.

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: