Politique Internationale : L’archipel du Goulag ouïghour

Article paru dans le n° 163 (printemps 2019) de Politique Internationale.

Comment la République populaire de Chine (RPC) traite-t-elle ses minorités ethniques et religieuses ? La question mérite d’être posée au moment où l’empire du Milieu se prépare à gravir les dernières marches qui le séparent du statut enviable de première économie mondiale.

En 2017, on apprenait l’existence de « camps de rééducation » dans la Région autonome du Xinjiang, province de l’ouest du pays peuplée de 22 millions d’âmes, pour moitié des musulmans sunnites turcophones (les Ouïghours représentent aujourd’hui 46 % de la population de la province). Il y aurait des centaines de ces camps abritant possiblement jusqu’à un million de personnes (10 % de la population ouïghoure) disséminées dans les zones désertiques et rurales du Xinjiang – le mot signifie « nouvelle frontière » en chinois -, aussi appelé au XIXe siècle « Tartarie chinoise » ou « Turkestan oriental ». Des images sont apparues, montrant des hommes alignés par centaines dans ce qui ressemble à des colonies pénitentiaires entourées de barbelés et de hauts murs hérissés de miradors.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer ici.

Leave a Reply

%d bloggers like this: