RFI: L’Ukraine en salle d’attente, spectatrice des élections européennes

Le soutien à l’intégration reste très élevé, à 57% selon le groupe Rating. Les 5 dernières années ont néanmoins montré aux Ukrainiens les possibilités de la solidarité européenne, et ses limites.

Reportage diffusé dans l’émission Accents d’Europe, sur RFI, le 28/05/2019

Aux portes de l’Union européenne, l’ancienne république soviétique d’Ukraine a fait de l’intégration européenne une de ses priorités depuis la révolution de 2014. Empêtré dans un climat de guerre avec la Russie, qui se manifeste notamment par un conflit militaire meurtrier à l’est, une crise économique persistante, et une corruption endémique, le pays n’est pas prêt d’adhérer à l’Union européenne. Pourtant le soutien à l’adhésion reste fort, à 57% selon l’institut de sondage “Rating”. A Kiev, Sébastien Gobert

Oukraina Tse Evropa – L’Ukraine, c’est l’Europe. Le slogan est martelé en choeur depuis la la révolution de la Dignité, aussi appelée l’EuroMaidan. Lors de la récente élection présidentielle, aucun des principaux candidats ne contestait la nécessité de l’intégration européenne. Volodymyr Zelenskiy y a consacré une partie de son discours d’investiture, le 20 mai.

Zelenskiy: Nous avons choisi de suivre un chemin vers l’Europe, c’est évident. Mais construire un pays européen, ça commence avec chacun d’entre nous.

Depuis 2014, malgré la guerre, malgré la crise, le gouvernement a appliqué un accord d’association ambitieux avec l’Union européenne, qui libéralise les échanges commerciaux et modernise l’économie. Les Ukrainiens bénéficient depuis 2017 d’une libéralisation du régime de visas pour voyager à travers l’espace Schengen. On sent dans la population ce désir d’Europe, pour une question de valeurs et d’aspiration à un meilleur niveau de vie, mais aussi par opposition à l’héritage soviétique, et à la Russie impérialiste de Vladimir Poutine.

Pour autant ici, pas d’illusions sur une adhésion prochaine, comme le souligne Volodymyr Zelenskiy.

Zelenskiy: L’Europe n’est pas là-bas, au loin. L’Europe, elle est ici, dans nos têtes. Quand nous la verrons ici dans nos têtes, alors l’Europe sera déjà une réalité en Ukraine. C’est notre rêve à tous.

Les 5 dernières années ont bien montré aux Ukrainiens les possibilités de la solidarité européenne, et ses limites. Tant sur le plan diplomatique et militaire qu’économique et financier. Beaucoup ont compris qu’une bonne partie de l’aide occidentale a été gelée à cause de la corruption systémique qui grippe toujours les institutions d’Etat. Alors la première des conditions de l’intégration européenne, c’est un nettoyage et des réformes structurelles ici.

Le discours s’est adapté. L’Ukraine a certes besoin de l’Europe, mais certains ici tentent de faire comprendre que l’Europe a aussi besoin de l’Ukraine. Le député Serhiy Leshchenko est sûr que l’Ukraine défend l’Europe contre la Russie.

Serhiy Leshchenko: L’Ukraine est un terrain d’entraînement pour la Russie. L’Europe peut voir ici les techniques que les Russes utilisent. Ce qui se passe ici, cela permet de comprendre ce que la Russie veut faire de l’Union européenne. Nous sommes un rat de laboratoire, et on peut ici comprendre jusqu’où la Russie est prête à aller. L’Ukraine est un élément-clé du système de sécurité en Europe.

A ce niveau, les Ukrainiens sont prompts à mettre les Européens en garde contre les ingérences de la Russie, et ses partenariats avec des partis souverainistes ou d’extrême-droite. Un danger éclairé encore récemment par un scandale politique en Autriche, et par la montée des populismes lors de ces élections pour le parlement européen.

Serhiy Leschenko: Vous comprenez que déjà les valeurs européennes sont mises à mal en Europe. Mais dans l’arrière-cour, il y a une agression directe de l’armée russe. Il faut se soucier de ce qu’il se passe ici parce qu’une Ukraine qui réussit va dans l’intérêt de l’Europe.

L’Ukraine cour arrière aujourd’hui, et peut-être un jour partie de la maison commune. Personne ici n’ose parler de calendrier. Quoiqu’il en soit, l’intensification des relations est indéniable. Plus de 40 millions de voyages ont été effectués depuis la libéralisation du régime de visas en 2017. Plus d’un million de travailleurs ukrainiens ont comblé un cruel besoin de main d’oeuvre en Pologne. L’Ukraine peut rester à l’écart de l’Union européenne pendant un temps. Mais les Ukrainiens, eux sont déjà en Europe.

Ecouter le reportage ici

Leave a Reply

%d bloggers like this: