RFI: En Ukraine, les nouveaux députés de la majorité renvoyés à l’école

Beaucoup des nouveaux députés ont juste bénéficié du nom de Zelenskyy pour être élus, et n’ont aucune expérience de la politique. Alors le président les a renvoyé… à l’école.

Intervention dans la séquence “Bonjour l’Europe”, le 30/07/2019

Photo: Facebook de la députée Maryna Bardina

Les élections législatives anticipées du 21 juillet en Ukraine ont produit des résultats historiques: le parti du président Zelenskyy obtient une majorité absolue de 254 députés dans un Parlement renouvelé à 80% des élus. Beaucoup de représentants de l’ancienne classe politique accusés d’incompétence et de corruption ont souffert du dégagisme des électeurs. Ils leur ont préféré des novices de la politique. Beaucoup d’entre eux ont juste bénéficié du nom du président pour être élus, et n’ont aucune expérience de la politique. Alors le président les a renvoyé… à l’école. Pour en parler, Sébastien Gobert

Les 254 députés sont assignés à une semaine de cours intensifs – quel est le programme pour eux?

Un peu de tout. Gestion, budget, d’Etat, comptabilité, gouvernance, droit constitutionnel, économie, finance… L’école de sciences économiques de Kiev leur a concocté un programme très intense de cours toute la journée pendant 7 jours, dans une station thermale au pied des montagnes des Carpates. Les députés peuvent aussi suivre des modules spécialisés en fonction de leurs centres d’intérêts dans la décentralisation, l’éducation, la défense, la dérégulation de l’économie…

L’idée est bien accueillie car le programme d’études est un B.A.B.A pour les élus. Certains viennent du monde des affaires, du milieu associatif, certains ont déjà une expérience des réformes politiques. Mais on trouve aussi un lutteur olympique gréco-romain, des acteurs, un photographe de mariage, ou un directeur de club de gym… Eux sont de vrais iconoclastes de la politique.

Mais une semaine est-elle suffisante pour assimiler tous les ressorts de la politique…?

Ca paraît difficile, et c’est une des critiques les plus récurrentes de cette idée du président. Lui-même, Volodymyr Zelenskyy, est parfaitement novice, c’était un comédien pendant 30 ans. Mais on voit que depuis son investiture en mai, il s’est bien installé dans son nouveau rôle d’un chef d’Etat. Alors pourquoi pas, on dit ici? Et les Ukrainiens qui ont élu ces jeunes députés disent qu’ils ont essayé des personnalités expérimentées, et sérieuses, pendant 28 d’indépendance. Et ça a produit un Etat dysfonctionnel, une économie archaïque et moribonde, et une corruption endémique. Donc autant essayer autre chose.

Ces cours intensifs sont d’abord et avant tout une opportunité pour les députés de faire connaissance et apprendre à travailler ensemble.

Tout cela rappelle évidemment l’école d’été pour les élus de la république en marche d’Emmanuel Macron. Le parti Le serviteur du peuple a été composé d’une manière similaire. Mais dès la rentrée parlementaire, la comparaison devrait s’arrêter là: les députés ukrainiens ont à faire face à des défis conséquents, même existentiels pour l’Ukraine.

Quels sont ces défis?

La première des promesses présidentielles, c’est d’arrêter les combats dans l’est de l’Ukraine, où la guerre a déjà fait 13000 morts. Et puis relancer les négociations de paix avec Vladimir Poutine. La marge de manoeuvre est très étroite, et il est à peu près sûr que le président et les députés seront très critiqués, quel que soit le compromis auquel ils devront concéder.

Les députés devront aussi faire face aux sollicitations et tentations des groupes d’intérêt des oligarques, qui ont l’habitude d’acheter des élus, au sens propre. On voit déjà dans la nouvelle majorité quelques personnalités aux relations… douteuses. Les cours intensifs de cet été sont donc aussi destinés à éprouver la résistance des jeunes élus. Est-ce que cela suffira? Réponse dans quelques semaines; le parlement devrait commencer ses travaux début septembre.

Leave a Reply

%d bloggers like this: