RFI : Au Kirghizistan, l’ex-président Atambaïev arrêté après l’assaut des forces spéciales

La deuxième fois était la bonne. Au Kirghizstan, les services spéciaux ont arrêté jeudi 8 août l’ancien président Almazbek Atambaïev, après un premier assaut mercredi soir qui avait fait un mort. Accusé de corruption et en conflit avec son successeur, l’ancien chef d’État a été interpellé dans sa maison près de la capitale Bichkek. Une opération qui plonge le pays dans une crise politique à l’issue incertaine.

Par Clara Marchaud

Diffusé le 08/08/2019 sur RFI

Il a fini par se faire attrapper. L’ancien président Almazbek Atambaïev a été arrêté par les forces spéciales au terme d’un siège de presque 24 heures. Depuis hier soir, “ACHA”, comme les kirghizs l’appellent, se terrait dans sa résidence du petit village de Koï-Tash, dans la banlieue sud de la capitale Bichkek. Des centaines de ses partisans, armés de bâtons, de pierres mais aussi de fusils d’assaut ont tenté jusqu’au bout de le défendre.

Hier soir, ils ont même réussi à faire échouer le premier assaut des forces spéciales, prenant en otage des commandos. Cette opération avait fait un mort parmi eux et 52 blessés. 

Une opération qui avait inquiété la population comme le pouvoir en place. 

Coupures des communications, magasins fermés et bus arrêtés : depuis le début des opérations policières, la capitale tourne au ralenti et les habitants craignent une nouvelle révolution. 

Depuis plusieurs mois, “la guerre des présidents” occupe la vie politique kirghize. L’ancien chef d’état Almazbek Atambaïev, accuse son successeur de manipuler la justice pour le faire tomber. 
Inculpé en juin pour corruption, Atambaïev avait refusé de se présenter aux convocations de la justice kirghize, déclarant qu’il était armé et qu’il se battrait “jusqu’au bout”.


Leave a Reply

%d bloggers like this: