La Croix : En Ukraine, une réforme foncière sous haute tension

Article publié sur le site de La Croix le 18 décembre.

Explication. De violents affrontements ont eu lieu le 17 décembre près du parlement, à Kiev, alors que ce dernier doit discuter d’une réforme très contestée sur la vente de terres agricoles.

Fabrice Deprez (Kiev, de notre correspondant)

Quel est l’enjeu de cette réforme ?

Votée en première lecture le 13 novembre, le projet de loi permettant la levée du moratoire sur la vente de terres agricoles représente l’une des mesures phares de la présidence Zelensky. Car pour le gouvernement, l’interdiction d’acheter ou de vendre des parcelles, en place de manière quasi-continue depuis la chute de l’URSS, asphyxie la productivité du secteur et décourage l’investissement. Les géants agricoles ukrainiens et étrangers qui opèrent en Ukraine sont ainsi actuellement contraints de louer les terres auprès de centaines, parfois de milliers, de petits propriétaires.

Du côté de la Banque Mondiale, on pense aussi que faire sortir le pays du club très restreint des Etats interdisant la vente de terres agricoles (qui comprend, outre l’Ukraine, la Corée du Nord, le Venezuela, le Congo, Cuba ainsi que le Tadjikistan) pourrait ajouter jusqu’à un point et demi de croissance annuelle au PIB ukrainien.

Grâce à ses 43 millions d’hectares de terre agricole (70% de la surface du pays) et surtout à son tchernoziom, cette “terre noire” considérée comme l’une des plus riches et fertiles de la planète, l’Ukraine est déjà une puissance agricole mondiale. Mais le 4ème exportateur mondial de maïs et 6ème de blé continue d’enregistrer des rendements en-deçà des moyennes observées dans le reste de l’Europe.

Pour lire la suite de cet article (accès abonnés), rendez vous sur le site de La Croix.

Leave a Reply

%d bloggers like this: