RFI: En Russie, polémique autour de la future église des forces armées

La Russie finalise la construction d’une immense église orthodoxe près de Moscou. Situé dans un parc militaire du ministère de la Défense, cet édifice haut de 95 mètres est dédié aux forces armées russes. Il devait initialement être achevé pour les célébrations du 75e anniversaire de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie mais son inauguration a été reportée en raison de l’épidémie du covid-19. L’église fait parler d’elle en raison de deux mosaïques controversées représentant Vladimir Poutine et Joseph Staline.

Par Étienne Bouche

Diffusé le 02/05/2020 sur RFI

Le visage de Vladimir Poutine ne sera finalement pas reproduit, « conformément au souhait du chef de l’État », c’est ce qu’a affirmé cette semaine l’évêque en charge de l’église. Cette mosaïque célébrait « le retour de la Crimée sans effusion de sang ». Le président russe y était entouré des plus hauts responsables du pays. Une initiative qui avait embarrassé jusqu’au Kremlin.

L’installation de la seconde mosaïque suscite des divisions elle aussi et au sein même de l’Église. Elle représente la parade de la victoire à la fin de la Seconde guerre mondiale. Sur la place Rouge, un portrait de Staline se distingue de la foule. Pour Vladimir Legoïda, porte-parole de l’Église orthodoxe russe, le visage du dictateur n’a pas sa place dans une église. « Son nom est associé à de nombreux malheurs que l’on ne peut effacer de l’Histoire », propos tenus à la radio le 1er mai.

Ce samedi pourtant, le responsable du conseil artistique de l’Église a défendu l’installation de cette mosaïque. Selon Leonid Kalinine, la représentation de Staline n’a ici aucune valeur religieuse. Le dirigeant soviétique figure sur une affiche brandie par un soldat de l’Armée rouge. Et ne pas le faire apparaître reviendrait à « déchirer des pages de l’Histoire ». Deux visions opposées qui illustrent l’impossible consensus mémoriel en Russie.

Leave a Reply

%d bloggers like this: