RFI: En Extrême-Orient, l’ouverture du pont sur l’Amour reportée

Afin d’enrayer la propagation du coronavirus, la Russie avait fermé sa frontière avec la Chine dès la fin du mois de janvier. Une frontière qui s’étend sur plus de 4000 kilomètres. Sur une grande partie du tracé, les deux pays sont délimités par le fleuve Amour. Un pont reliant les deux rives devait être ouvert à la circulation au printemps mais son inauguration a été différée en raison de l’épidémie.

Diffusé le 28/05/2020 sur RFI, émission “Accents d’Europe”

Par Étienne Bouche

Cela faisait plus d’un quart de siècle que ce projet de pont transfrontalier était à l’étude. Il a fallu surmonter bien des blocages mais le chantier a finalement débuté fin 2016. Depuis quelques mois, la construction est officiellement achevée. Ce pont de 1080 mètres relie la région russe de l’Amour et la province chinoise du Heilongjiang. Il a bien sûr une forte valeur symbolique, celle du rapprochement entre la Russie et la Chine. Depuis plusieurs années, Moscou a fait du développement de son Extrême-Orient une priorité de politique intérieure – un ministère spécial a été créé en 2012. Celui-ci estime que grâce à ce pont, le trafic de marchandises pourrait être multiplié par huit. La Russie espère aussi attirer des investissements dans une région qui, malgré les mesures incitatives de l’État, continue de se dépeupler.

Le pont devait entrer en exploitation ce mois-ci mais l’épidémie de covid-19 a eu raison de son inauguration. Selon les autorités, la circulation débutera dès la levée des restrictions sanitaires. La frontière est fermée depuis le 31 janvier et l’épidémie a porté un sérieux coup à cette coopération russo-chinoise que l’on aime habituellement célébrer. A Blagovechtchensk, cette fermeture a des conséquences économiques sensibles. Cette ville russe située le long du fleuve se retrouve privée de ses touristes, mais surtout de sa main d’œuvre. Côté russe, certains secteurs d’activité dépendent des travailleurs saisonniers chinois – c’est le cas par exemple du bâtiment et de l’exploitation forestière. Les autorités régionales ont annoncé des mesures de soutien au milieu des affaires mais les entrepreneurs interrogés dans la presse locale n’espèrent qu’une chose : le rétablissement de la circulation entre les deux rives.

Leave a Reply

%d bloggers like this: