RFI: Campagne présidentielle agitée en Biélorussie

L’élection présidentielle du 9 août devait être une formalité pour Alexandre Loukachenko qui, après 26 ans à la tête du pays, brigue un sixième mandat. Seulement, l’homme fort de Minsk est confronté à une défiance populaire d’une ampleur inédite. Les principaux candidats dissidents ont été évincés de la compétition. L’honnêteté des élections a toujours été contestée depuis l’arrivée au pouvoir d’Alexandre Loukachenko, en 1994.

Par Étienne Bouche

Diffusé le 22/06/2020 sur RFI, chronique “Bonjour l’Europe

Dans le passé, Loukachenko a été un dirigeant populaire. Il incarnait la stabilité et une prospérité enviable dans l’espace post-soviétique. Aujourd’hui, il est surnommé « Sacha 3 % », le score qu’il obtiendrait si le jeu électoral n’était pas faussé. La coupe est pleine pour les citoyens biélorusses qui aspirent plus que jamais à l’alternance politique.

Sa gestion contestée du coronavirus et la dégradation sensible de l’économie ont encore aggravé son impopularité. Et pour de nombreux Biélorusses, le seul moyen de faire campagne contre lui a été de parrainer d’autres candidats, quels qu’ils soient. Alors plusieurs personnalités ont émergé. Le pouvoir a pris peur et préféré écarter ces opposants.

A lire en intégralité sur RFI.

  1. […] présidentielle s’y est déroulée dans une atmosphère de grande tension : durant la campagne, les principales figures d’opposition ont été arrêtées ou empêchées de concourir. […]

Leave a Reply

%d bloggers like this: