La Croix : En Biélorussie, le régime garde la main

Article publié sur le site de La Croix le 23/08/2020

Analyse. De nouvelles manifestations se sont déroulées ce week-end dans les grandes villes du pays, dont Minsk, la capitale. Alors que le président Alexandre Loukachenko ne semble plus menacé, les autorités ciblent désormais les têtes de file du mouvement et menacent d’une répression de masse.

Fabrice Deprez, à Kiev (Ukraine), le 23/08/2020 à 17:19


C’était devenu le symbole d’un président aux abois : Alexandre Loukachenko hué, il y a une semaine, par les ouvriers de l’usine de véhicules MZKT à Minsk, hésitant et en sueur devant un public qu’il croyait acquis à sa cause. Quelques jours plus tard, le désarroi s’est mué en colère lorsque, samedi 22 août, l’autocrate ordonne la fermeture dès lundi des usines en grève. « Je vous donne le week-end pour réfléchir, assène-t-il à l’adresse des manifestants. À partir de lundi, le pouvoir devra exercer le pouvoir. »

Une contestation qui court vers l’impasse ?

Deux semaines après la victoire aussi écrasante que falsifiée d’Alexandre Loukachenko à l’élection présidentielle, les Biélorusses sont encore descendus dans les rues des grandes villes du pays ce week-end, pour réclamer de nouvelles élections et dénoncer la violence des forces de sécurité. Malgré les barrages filtrants et les avertissements du ministère de l’intérieur, une foule immense s’est réunie dimanche 23 août sur la place de l’Indépendance à Minsk.

Le sentiment était celui d’une journée décisive pour une contestation qui, durant la semaine, semblait courir vers l’impasse. « Un mouvement de protestation s’épuise s’il n’est pas renforcé par des victoires, comme des défections au sein de l’élite ou des concessions des autorités. Et il n’y a pas eu de telles victoires pour l’instant », remarque Artiom Chraïbman, un analyste politique biélorusse.

Vous pouvez lire la suite de cet article sur le site de La Croix.

Leave a Reply

%d bloggers like this: