TDG: Les graves accusations qui pèsent sur les meubles d’IKEA Suisse

Sur plainte du Fonds Bruno Manser, les autorités suisses ont ouvert, mi-octobre, une procédure pour une éventuelle fausse déclaration de bois. C’est la première instruction de ce type à l’encontre du géant suisse de l’ameublement. La piste pourrait remonter à des fournisseurs peu regardants en Europe de l’est.

Article publié dans La Tribune de Genève, le 20/10/2020

Et si IKEA Suisse dissimulait “de manière illicite la provenance de sa matière première principale”? L’accusation de Lukas Straumann, directeur du Fonds Bruno Manser (FBM) à Bâle, est grave. Le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) et le Bureau fédéral de la consommation (BFC) semblent pourtant lui trouver une certaine légitimité. Sur plainte du FBM, ils ont ouvert, mi-octobre, une procédure pour une éventuelle fausse déclaration de bois. C’est la première instruction de ce type à l’encontre du géant suisse de l’ameublement, selon la porte-parole du DEFR Evelyn Kobelt.

A l’origine, une enquête du FBM dans les magasins d’Aubonne de Lyssach, de Pratteln, de Spreitenbach et de Vernier, avait démontré qu’une table sur quatre était vendue sans spécification de l’origine du bois, malgré une loi fédérale qui oblige les distributeurs à préciser l’origine de leurs matériaux. Le chargé de communication d’IKEA Suisse, Aurel Hosennen, se défend pourtant de toute “intention ou tentative systématique de dissimuler des informations”. Lui met en avant des difficultés techniques, comme la disparition d’étiquettes des magasins.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: