L’Express: Entre Moscou et Kiev, la guerre du bortsch aura bien lieu

Les connaisseurs le savent, le bortsch est plus qu’une soupe. C’est une certaine idée des arts de la table, des traditions familiales et de l’hospitalité. Une idée en pleine évolution dans notre époque moderne. Mais saviez-vous que le bortsch est aussi une arme géopolitique?

Article publié dans L’Express, le 07/11/2020

Le bortsch est-il russe ou ukrainien? Le sujet est sérieux. Voici comment une soupe de betterave s’est invitée dans la géopolitique d’Europe orientale…

Après les chars d’assaut et les fake news, le bortsch est en train de devenir une arme dans la guerre que se livrent l’Ukraine et la Russie depuis 2014. La récente initiative du ministère de la Culture, à Kiev, de déclarer le célèbre potage rouge “élément de l’héritage culturel intangible national” est mal digérée à Moscou.  

D’autant qu’elle pourrait conduire à l’inscription par l’Unesco du bortsch ukrainien sur la liste du Patrimoine mondial. Ce sont les Russes qui, les premiers, ont sorti les couteaux, en mai 2019, dans un tweet d’un compte officiel, Russia : “Eternel classique ! Le bortsch est un des plats russes les plus célèbres et appréciés”, vantait une courte vidéo. En s’appropriant ainsi le bortsch, le ministère des affaires étrangères, gérant du compte, s’était attiré une foule de commentaires désobligeants. “Cela ne vous a pas suffi de voler la Crimée?”, écrivaient alors des dizaines d’internautes.

Pour l’analyste politique biélorusse Alexander Kokcharova, il ne s’agissait ni plus, ni moins que “d’une confiscation culturelle typique de la part de la Russie”. Dans un contexte d’affrontements mémoriels, Moscou tente en effet d’imposer une paternité sur des aspects positifs d’une région longtemps multinationale, comme l’héritage du royaume médiéval de la Kyiv Rous’, ou la victoire soviétique sur les Nazis. Une construction historiographique rejetée par les voisins de la Russie comme autant de tentations néo-impérialistes injustifiables.

Le plat de résistance est servi en octobre dernier.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: