CEC: À peine élue, Maia Sandu dénonce une “usurpation du pouvoir”

Le parlement moldave a fait passer une série de lois controversées, limitant de facto les pouvoirs de Maia Sandu. La présidente moldave récemment élue dénonce une “usurpation du pouvoir”. À son appel, plus de 50.000 personnes ont exigé des élections législatives anticipées ce dimanche.

Article publié sur le site du Courrier de l’Europe Centrale, le 06/12/2020

Le parlement moldave a fait passer une série de lois controversées, limitant de facto les pouvoirs de Maia Sandu. La présidente moldave récemment élue dénonce une “usurpation du pouvoir”. À son appel, plus de 50.000 personnes ont exigé des élections législatives anticipées ce dimanche. Depuis Kiev, Sébastien Gobert.

Le 15 novembre, Maia Sandu devenait la première femme élue présidente de Moldavie, une république post-soviétique entre la Roumanie et l’Ukraine. Avec plus de 57% des voix, elle dispose d’un fort mandat populaire pour appliquer son programme de réformes libérales et de lutte radicale contre la corruption. Mais elle se heurte déjà à de sérieux blocages politiques. Vendredi 4 décembre, le parlement a fait passer une série de lois controversées qu’elle dénonce comme une “usurpation du pouvoir”. A son appel, suivi par plusieurs partis d’opposition, plus de 50.000 personnes ont exigé des élections législatives anticipées ce dimanche. “Le président sortant Igor Dodon est frustré de ne pas avoir pu manipuler les gens une nouvelle fois (en remportant l’élection, ndrl.). Alors il veut mettre le feu au pays. Il veut provoquer le chaos, aggraver la crise, nous maintenir dans l’isolement international, rendre la vie plus difficile aux gens pour se venger de sa défaite”. Ce 6 décembre, la très policée technocrate Maia Sandu se retrouvait à haranguer des milliers de manifestants réunis dans le centre de Chisinau. Elle qui n’est pas encore investie présidente part déjà en croisade.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: