LLB: “Une nouvelle combine de brigands”. La Moldavie s’enfonce dans la crise politique

Alors qu’une poignée de députés multiplie les votes controversés au mépris des règles parlementaires, l’opposition crie au scandale et le bâtiment du Parlement est assiégé par des tracteurs. Maia Sandu n’est pas encore inaugurée qu’elle risque déjà la viabilité de son mandat.

Article publié, dans La Libre Belgique, le 21/12/2020

Première femme élue présidente de la Moldavie au terme d’une élection aux dialectiques caricaturalement binaires, la réformatrice occidentalisée Maia Sandu doit prendre ses fonctions le 24 décembre pour appliquer un programme de réformes libérales et mener une lutte intraitable contre la corruption. Entre-temps, les partisans d’Igor Dodon, un conservateur pro-Kremlin soupçonné de corruption, tentent de lui couper l’herbe sous le pied.

120 secondes pour voter un budget. Les députés moldaves ont sans doute établi un record, dans la nuit du 16 au 17 décembre. Sous les cris de “voleurs!” et “traîtres” lancés par l’opposition pro-européenne, les élus affilés au président socialiste pro-russe Igor Dodon ont adopté en deux minutes le budget 2021 ainsi que les prévisions des politiques sociales, fiscales et douanières. Ce n’est pas la première fois que l’hémicycle passe une série de lois au mépris des règlements parlementaires. L’épisode est une aggravation de la crise politique qui gronde en Moldavie depuis l’élection de la réformatrice occidentalisée Maia Sandu.

Elue première femme présidente de Moldavie au terme d’une élection aux dialectiques caricaturalement binaires, celle-ci doit prendre ses fonctions le 24 décembre et appliquer un programme de réformes libérales et une lutte contre la corruption intraitable. Entretemps, les partisans d’Igor Dodon, un conservateur pro-Kremlin soupçonné de corruption, tentent de lui couper l’herbe sous le pied.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: