8e Etage: Lituanie – Le peuple qui ne s’aimait pas

8e Etage /

«Il y avait beaucoup de monde à l’enterrement. Je me souviens que ma mère était inquiète. Elle avait peur qu’il n’y ait personne et que cela donne une mauvaise image de lui, mais l’église était remplie. Et personne ne comprenait vraiment pourquoi il avait fait ça. Tout le monde était atterré ». Le récit de Lukas* (prénom d’emprunt) est court, sans digression. À l’époque, il était adolescent, précise-t-il, par conséquent certains détails ont pu lui échapper. Il préfère aussi éviter d’impliquer sa famille : pas de nom. D’autant que l’histoire ne concerne pas quelqu’un de sa famille proche. C’est le parrain de son frère, un fermier vivant dans la campagne lituanienne qui, un jour de 2010, s’est ôté la vie.

Les célébrations de fin d’année approchaient. Algis vivait avec sa femme et ses trois enfants dans une ferme dont la surface s’étendait continuellement grâce aux subventions de l’Union européenne et dont les vieux tracteurs étaient remplacés par des machines flambant neuves. Il buvait, bien sûr. Rien de particulièrement étonnant pour un agriculteur local, mais « sans que cela n’affecte le reste de la famille ».

Ce qui s’est passé ensuite, c’est son père qui l’a raconté à Lukas. Une nuit, autour de quatre heures du matin, l’homme s’est levé pour « prendre l’air ». C’est du moins ce qu’il a dit à sa femme. Il est sorti, s’est rendu jusqu’à la grange un peu plus loin et s’est pendu avec un fil de fer.

La suite de l’article est disponible (en version abonnées) à cette adresse.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: