Libération : En Ukraine, la lutte anticorruption pourrie par le pouvoir

Version longue d’un article publié dans Libération le 28/11/2017.

Quatre ans après la révolution, le Président, Petro Porochenko, est accusé par l’opposition d’engorger l’agence créée afin de noyer les affaires visant sa propre administration.

«En ce moment, Petro Porochenko est préoccupé. Pas par la crise économique. Ni par la guerre, les prix du gaz ou la pauvreté. Il cherche par tous les moyens à étouffer la lutte anticorruption avant le début de la campagne électorale au printemps 2018 [pour la présidentielle 2019, ndlr] !» Député d’opposition, Serhiy Leshchenko est lapidaire à l’encontre du président ukrainien. L’accusation est d’autant plus grave qu’elle vise celui qui a été élu après la «révolution de la dignité» de 2014 sur la promesse d’une lutte contre la corruption endémique et d’une modernisation de l’Etat.
Attaques
Une série d’attaques à l’encontre du Bureau national anticorruption (Nabu) semble lui donner raison. Depuis le début de son activité, en avril 2015, le Nabu est l’agence la plus indépendante dans la lutte contre la corruption. Elle s’est distinguée en visant des personnalités qui semblaient jusque-là jouir d’une impunité totale : des députés, des juges, et même le fils du puissant ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, arrêté fin octobre. Ce dernier est soupçonné de fraude lors de la livraison de sacs à dos à l’armée, pour un dommage d’environ 450 000 euros.
En réaction, le pouvoir aurait décidé d’engorger le Nabu dans l’objectif de le rendre inefficace selon ses détracteurs. Ainsi, le 21 novembre, 3 500 enquêtes de corruption liées à l’ancien régime autoritaire de Viktor Ianoukovitch ont été transférées au Nabu, qui ne compte que 200 enquêteurs. On estime que la “Famille” de l’ancien président aurait détourné au moins 12 milliards de dollars pendant son passage au pouvoir. Le ministère de la justice avance lui une fourchette de 20 et 30 milliards. Les enquêtes consistent à remonter des réseaux financiers off-shore, et à obtenir de banques internationales le gel de comptes en banque. Soit une tâche titanesque pour les effectifs réduits du Nabu. «C’est une manœuvre délibérée pour le noyer», dénonce Serhiy Horbatouk, chef d’un département spécial du bureau du procureur général (GPU), auparavant en charge des enquêtes.
En vertu de la même contrainte législative, Serhiy Horbatouk doit aussi transférer à un Bureau d’Etat d’Investigation ses enquêtes sur la centaine de meurtres qui avaient endeuillé la Révolution. Un Bureau qui n’a pas encore été créé. Le procureur général, Iouri Loutsenko, un proche du Président, se défend de toute malveillance.
Trompe l’oeil
Pour ce qui est des enquêtes sur la Famille de Viktor Ianoukovitch, ce transfert ne serait qu’un détail technique : «Le Nabu est indépendant, il s’organise comme il veut. S’il ne peut pas faire face à la quantité de travail, ce n’est pas le problème du GPU.» Loutsenko, qui avait été l’un des plus farouches opposants à Ianoukovitch, est désormais décrié pour ses effets d’annonce et ses enquêtes en trompe-l’œil.
Par exemple, le recouvrement, en avril dernier, d’1,4 milliard d’euros de comptes associés à Viktor Ianoukovitch. Le Procureur l’a brandi comme un grand succès, mais a gardé secret les détails de la décision de justice. “On ne sait toujours pas sur quelles preuves le GPU a décidé la confiscation de cet argent”, souligne Daria Kalniouk, directrice du Centre d’Action Contre la Corruption (Antac). “Si le GPU perd un appel à cause de vices de procédures, il faudra restituer l’argent…” Un autre cas, en en mai a soulevé des questions des militants anti-corruption. Iouriy Loutsenko avait vendu l’arrestation sensationnaliste – par hélicoptère – de vingt-deux inspecteurs des impôts régionaux comme «l’opération anticorruption la plus importante de l’histoire du pays». Moins de six mois plus tard, vingt des vingt-deux accusés étaient en liberté.
En filigrane, l’idée que Loutsenko souhaite se présenter comme le seul grand pourfendeur de la corruption en Ukraine. Ce qui justifierait sa récente croisade anti-Nabu. Mais on le soupçonne aussi de défendre ses propres intérêts : il est sous le coup d’une enquête du Bureau pour un «possible enrichissement personnel illégal».
Loutsenko et ses partenaires sont aussi soupçonnés de vouloir étouffer des dossiers qui dérangent. Le 14 novembre, le Nabu ouvrait une enquête à partir des révélations de Hanna Solomatina, l’une des directrices de l’Agence de prévention de la corruption (Nazk), chargée de contrôler l’origine des villas, voitures et montres de luxe, ou encore des montagnes d’argent en liquide que l’élite politique ukrainienne a déclarés.
Ce système de vérification ne serait utilisé que «pour protéger les personnes loyales aux autorités […] et pour assurer l’enrichissement personnel de la direction de la Nazk», accuse Hanna Solomatina. Elle a affirmé avoir reçu des instructions claires de l’administration présidentielle pour protéger tel député ou attaquer tel autre.
Inquiétude
Après quelques jours d’agitation médiatique, Iouri Loutsenko a déchargé le Nabu de l’enquête au profit du Service de sécurité d’Ukraine. Un service mis en cause dans les accusations de Hanna Solomatina, et dont le chef n’est autre que le président Porochenko. “Le SBU va détruire les preuves et enterrer l’affaire, pour protéger la NAZK”, a assuré Hanna Solomatina, en s’emportant: “Honte à Iouriy Loutsenko! Honte à Nazar Kholodnitskiy! Ils ont trahi la confiance des premiers vrais lanceurs d’alerte d’Ukraine”. Cette indignation est partagée par le député d’opposition Mustafa Nayyem, qui s’inquiète du fait qu’aucune des personnes désignées par Hanna Solomotina n’a encore été convoquée pour être interrogée.
Petro Porochenko, lui, n’est pas directement mis en cause pour abus de pouvoir ou enrichissement personnel. Il n’empêche que l’inquiétude plane quant à une nouvelle verticalité d’un exécutif autoritaire et corrompu, qui utiliserait le système judiciaire pour se protéger et attaquer ses opposants. Plusieurs enquêtes sont ainsi ouvertes à l’encontre des principaux militants anticorruption du pays, y compris Artem Sytnyk. Tandis que plaignants et accusés s’entre-déchirent, l’Ukraine replonge dans un climat de corruption endémique, qui va du sommet de l’Etat aux enveloppes réclamées par les docteurs pour des soins médicaux, en passant par les investisseurs internationaux. Le groupe français Sanofi s’est récemment plaint d’avoir été spolié de plus de 180 millions de hryvnias (environ 5,6 millions d’euros) par des décisions de justice biaisées.
Un récent sondage de l’Institut des initiatives démocratiques confirme que les Ukrainiens estiment que les objectifs de la révolution n’ont pas été concrétisés. Et, en premier lieu, celui de la lutte contre la corruption. Le mécontentement se matérialise, entre autres, dans le camp de protestataires dressé devant le Parlement. Il est tenu par l’ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili et une poignée de partisans paramilitaires qui exigent, entre autres, la création d’une haute cour anti-corruption. Petro Porochenko s’y refuse obstinément, et dénigre le camp comme une vendetta personnelle du Géorgien. Il n’empêche que plusieurs de ses associés ont été arrêtés avec violence et expulsés vers la Géorgie, faisant craindre aux défenseurs des droits de l’homme une dérive autoritaire du pouvoir ukrainien.
“Si rien ne bouge d’ici au 3 décembre, nous lancerons une procédure d’impeachment populaire!”, assène Mikheïl Saakachvili. Quelque soit le sens de cette formule, elle souligne la détermination des protestataires, pour beaucoup des vétérans de guerre, dans leur lutte contre un Président désormais décrié comme l’un des principaux acteurs de la corruption en Ukraine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: