BIP : Lukoil, Vaguit Alekperov, le visionnaire (série 4/6)

Article publié le 6 juin 2018 dans le BIP (Bulletin de l’Industrie Pétrolière)

Photo : © Kremlin.ru

Extraits

Le quatrième « portrait politique » de notre série est consacré à Vaguit Alekperov, le patron de Lukoil, qui a toujours su naviguer dans les eaux troubles post-soviétiques pour faire de son entreprise un modèle du secteur privé russe, rendant des services au Kremlin tout en gardant toujours la possibilité de dire « non ». Et ce, notamment grâce à une stratégie pionnière d’investissements à l’étranger.

Si Vaguit Alekperov voit loin, c’est pour une question de survie. Peut-être est-ce dû à ses origines. Né en 1950 à Bakou, la capitale de la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, ce fils d’ouvrier du pétrole n’a jamais fait partie de l’élite du berceau de l’industrie pétrolière. Après quelques années sur les plateformes offshore de la Caspienne, il va comme s’exiler en Sibérie en 1979, travaillant pour Surgutneftegaz (cf. BIP du 03.04), quelques années après avoir décroché son diplôme de l’Institut du Pétrole et de Chimie d’Azerbaïdjan. Bref, le jeune Azéri va se faire tout seul et monter un à un les échelons du secteur soviétique des hydrocarbures. À chaque étape, il en étudie scrupuleusement le fonctionnement, ce qui lui permet d’acquérir une expérience
cruciale compte tenu des temps qui s’annoncent alors… et qui pourrait lui être des plus précieuses à l’heure où il s’apprête à quitter la scène dans un contexte de fortes menaces qui pèsent sur son entreprise. (…)

Alekperov a été visionnaire, malin au bon sens du terme. Mais il va peut-être devoir jouer maintenant sa partie la plus délicate. « Igor Setchine [patron de Rosneft] lorgne de plus en plus Lukoil. Rosneft a d’énormes dettes vis-à-vis de la Chine et, à cause des sanctions aussi, est poussé à mettre la main sur des entreprises et des gisements bien gérés, analyse ce cadre pétrolier cité plus haut. Il y a un vrai risque qu’il tente à présent d’avaler Lukoil, d’autant plus qu’Alekperov n’a pas de protecteur dans son capital, quelqu’un du cercle rapproché de Poutine. Alekperov n’a pas non plus de successeur désigné, capable d’affronter Setchine ». Le p-dg de Lukoil a fait savoir fin mars que son successeur ne viendrait pas de sa famille, histoire de faire comprendre que s’attaquer à sa société serait risquer de ternir l’image de la Russie sur les marchés financiers. (…)

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: