RFI: 16 partis en lice pour les élections législatives en Lettonie

Reportage diffusé dans l’émission Accents d’Europe, sur RFI, le 05/10/2018

Les électeurs lettons sont appelés à voter pour renouveler leur Parlement. Une nouvelle coalition gouvernementale se dessinera après les résultats du vote. Elle dirigera le pays de près de 2 millions d’habitants pendant les 4 prochaines années. Cette année, 16 partis sont en lice. Un record. De nouvelles formations politiques, représentant toutes les tendances, ont fait leur arrivée dans l’arène politique et espèrent changer la donne. Mais cette fragmentation du paysage politique peut aussi compliquer la formation d’un nouveau gouvernement.

 

La rue de Moscou traverse le quartier de Kengarags, une zone résidentielle de Riga. A l’un des carrefours, Emils essaye d’éviter Antanina et Martins pour ne pas discuter politique. Ces deux membres du parti de gauche « les progressistes » lui tendent un tract avec un programme très social. Emils, étudiant en économie, ira voter samedi. Mais pour quel parti, il ne sait pas encore.

Le choix est plus difficile cette fois. Il y a 4 ans, je savais pour qui voter, mais ils m’ont déçu. J’hésite entre deux candidats en ce moment. Mais qu’il y ait autant de partis, pour moi c’est ça la démocratie.

Le parti des Progressistes est l’un des nouveaux venus sur la scène politique lettonne. Antonina Nenasheva, tout juste 30 ans,  est la candidate numéro un dans la capitale lettonne, Riga. Cette professeur d’économie au lycée est plutôt confiante dans les chances de son parti.

Notre société a vraiment besoin d’idées de gauches : égalité des chances, impôts dégressifs, un système de santé pour tous, ce qui est l’une de notre priorité. Mais dans le même temps, nous défendons les idées sociales-démocrates des droits de l’homme. Et ces questions-là sont difficiles  aborder dans notre société. Elle n’est pas encore assez libérale pour accepter l’égalité des sexes ou des droits pour les couples de même sexe.

La scène politique lettonne a toujours été marquée par la création de nouveaux partis aux noms toujours improbables. Celui-appelé « A qui appartient la Lettonie ? » est l’un d’entre eux. Créé par une star du show-biz letton, sa rhétorique très populiste séduit. Comment les partis peuvent-ils émerger si facilement ? Veiko Spolitis, député du parti Nouvelle Unité, un parti plutôt à droite, se présente lui aussi aux élections. Il a  des éléments d’explication.

La Lettonie est le dernier pays de l’Union européenne à avoir introduit le financement des partis politiques par le budget national. C’était en 2012 après les luttes féroces entre le Parti populaire et le premier parti letton, deux partis d’oligarques. Mais le système politique letton n’a pas encore les financements suffisants pour assurer son développement pérenne sur le long terme. Jusqu’en 2017, 200 personnes suffisaient à fonder un parti, ce qui facilitait l’apparition de formations politiques éphémères.  L’année dernière, ce chiffre est enfin passé à 500. 

Iveta Ratinika est l’un des visages de Pour !, une alliance nouvelle de plusieurs partis à tendance centre libérale. Membre du conseil municipal de Riga, elle est candidate au Parlement en Latgale, une région toute à l’Est de la Lettonie. Pour elle, la multiplication des partis est un phénomène naturel.

Nous voulons tous que les idées libérales soient représentées. Mais si l’on n’est pas numéro 1 ou 2 sur la liste, il est très difficile d’être élu au Parlement. Les candidats ont souvent beaucoup d’ambitions personnelles et c’est ce qui fait que l’on se retrouve avec une multitude de partis

Antonina Nenasheva se réjouit de cette pléthore de noms pour le scrutin législatif de demain.

Jamais le choix n’a été aussi large. Le danger existe que certains partis traditionnels ne dépassent pas la barre des 5% et n’entrent pas au Parlement. Mais pour la première fois, il est vraiment possible de voter pour un parti proche de nos idées, et pas pour la liste la moins dangereuse.

Le dernier sondage publié par la radio publique lettone indique que 6 des 16 partis en lice devraient franchir la barre des 5% nécessaires pour entrer au Parlement. Mais ce morcellement du paysage politique n’est pas de bon augure. Le futur de la Lettonie va se jouer dans le jeu des alliances politiques à la publication des résultats. L’arrivée de trublions populistes au pouvoir peut faire basculer la Lettonie dans le camp des démocraties illibérales comme la Hongrie.

Leave a Reply

%d bloggers like this: