Enerpresse : TADJIKISTAN Inauguration de la 1re turbine de la centrale hydroélectrique de Rogoun-

Article publié dans Enerpresse le 16 novembre 2018

Le Tadjikistan va mettre les petits plats dans les grands pour l’inauguration du barrage
hydroélectrique de Rogoun. Le projet est la priorité absolue pour le Président Rahmon, qui mobilise toutes les ressources du pays : finances, sentiments identitaires (pour s’imposer face au voisin ouzbek), orientations géopolitiques, etc. Vendredi 16 novembre, « jour du Président » dans l’ex-république soviétique de 9 millions d’âmes, la turbine n°6 (capacité de 100 MW) sera donc lancée. Cette première partie du barrage, commencée dans les années 1970, et construite par l’Italien Salini Impregilo, s’élève à 75 m, emprisonnant 214 millions de m³ d’eau. Pour Emomali Rahmon, c’est le projet d’une vie dans un pays dont la principale ressource naturelle qu’est l’eau, dont le potentiel hydro-électrique est estimé à 527 TWh (exploité à 5 %), est perçue comme vecteur de modernité et de richesse. Pour ce faire, 200 millions de dollars ont été puisés chaque année depuis 2008 dans le maigre budget national. Une seconde turbine entrera en fonction en avril 2019. À terme, Rogoun, neuvième centrale de la cascade construite sur la rivière Vakhsh, pourrait devenir le plus haut barrage du monde, 335 m pour une capacité de 3 600 MW. Mais reste à financer le reliquat d’un projet dont le coût total serait de 5 milliards de dollars. Les six prochaines turbines et générateurs sont encore loin d’être construits, les bailleurs de fond étant réticents du fait d’un environnement corrompu et d’un marché situé dans une Asie centrale instable.

Leave a Reply

%d bloggers like this: