France Culture: L’adoption de la loi martiale en Ukraine ne va pas de soi pour les parlementaires

Reportage diffusé dans le journal de 18h, sur France Culture, le 26/11/2018

Suite de l’escalade d’hier dans la mer noire entre la marine ukrainienne et russe. Trois navires ukrainiens ont été saisis, plus de vingt marins faits prisonniers. 6 d’entre eux sont blessés. Moscou minimise l’escarmouche, mais Kiev le considère comme un acte d’agression militaire. Pour le président Petro Porochenko, cela justifie l’instauration de la loi martiale pour au moins 60 jours. A Kiev, on est partagés sur la question. Le parlement est en train de décider. Sébastien Gobert à Kiev

10 minutes ouverture de session extraordinaire, et une longue pause d’une heure. Le temps de calmer les esprits, et de redéfinir les contours du projet présidentiel de loi martiale. Les tractations vont bon train dans les couloirs du Parlement, et Petro Porochenko a annoncé vouloir modifier son décret afin que l’état d’urgence ne s’applique qu’aux zones de conflit et non pas à tout le pays. Il n’envisage plus, semble-t-il, de mobilisation partielle. Il reste cependant de nombreuses questions sur la pertinence d’une telle mesure d’exception. Dans la matinée, plusieurs centaines de nationalistes se sont rassemblés dans le centre de Kiev pour poser leurs conditions. Un des dirigeants du parti ultra-radical Natsionalniy Korpus prend le micro sur Maidan Nezalejnosti, la place de l’indépendance.

Rodion: Nous sommes ici pour soutenir l’instauration de la loi martiale. Mais il ne faut pas que le Chef de l’Etat s’en serve comme une manipulation politicienne en vue des élections présidentielles de mars prochain.

Beaucoup d’observateurs, y compris trois anciens présidents de la république, se demandent en effet pourquoi Petro Porochenko soutient l’idée d’un état d’urgence maintenant. Il ne l’avait pas souhaité en 2014-2015, quand la situation militaire était bien plus critique. Sur les réseaux sociaux, les inquiétudes sont nombreuses quant à une restriction de libertés civiques, un contrôle des journalistes, voire l’annulation des élections présidentielles. Il est aussi difficile de comprendre comment la loi martiale peut aider à contrer le coeur du problème, à savoir l’agression de la Russie en mer noire.

Leave a Reply

%d bloggers like this: