RTS: Entre mer d’Azov et loi martiale, Kiev entre indignation et inquiétude

Papier radio diffusé dans le journal de 12h30, sur la RTS, le 26/11/2018

Moscou minimise l’escarmouche d’hier dans la mer noire, et dénonce une “provocation très dangereuse” de l’Ukraine. A Kiev par contre, c’est clair, c’est un acte d’agression militaire de la part de la Russie, une nouvelle escalade dans la guerre hybride que se livrent Kiev et Moscou depuis 2014. À Kiev, l’indignation est palpable. Mais c’est aussi l’inquiétude qui domine à l’idée de l’introduction de la loi martiale.
A Kiev, Sébastien Gobert

Sur les réseaux sociaux ukrainiens, les propos injurieux à l’encontre de la Russie se mélangent aux analyses inquiètes sur les conséquences de l’instauration de la loi martiale. Le sort des bateaux militaires et des marins ukrainiens prisonniers, pour certains blessés, est une source de préoccupation majeure. Hier soir, des manifestants s’en sont pris à l’ambassade de Russie. La classe politique multiplie les appels à la communauté internationale pour imposer de nouvelles sanctions sur Moscou. Les réponses que peut apporter l’exécutif font néanmoins débat. Les Ukrainiens n’ont pas les moyens militaires de contrer les Russes sur le terrain, et les avantages de l’instauration de la loi martiale ne sont pas évidents. Le président Petro Porochenko assure qu’elle ne servira qu’à La Défense du territoire national. Il n’avait pourtant pas recouru à la loi martiale aux pires heures de la guerre. Pourquoi le ferait-il maintenant en période électorale, et comment l’utiliserait-il? C’est au Parlement de décider aujourd’hui si la situation justifie une telle mesure exceptionnelle.

Leave a Reply

%d bloggers like this: