La Revue du Crieur : Kosovo, une guerre de gauche ?

Article publié dans La Revue du Crieur, avec Jean-Arnault Dérens, en février 2019

Il y a vingt ans, le 24 mars 1999, l’Otan lançait contre la Yougoslavie de Milosevic la plus grande opération militaire de son histoire. Il s’agissait officiellement de faire cesser les exactions de forces serbes au Kosovo. Cette intervention «humanitaire», cette guerre prétendument «juste», menée par des gouvernements de centre-gauche au nom d’impératifs moraux, a rebattu les cartes du monde de l’après-guerre froide, cristallisant de nouvelles lignes de fracture, toujours brûlantes. Si la guerre a suscité de très vifs débats, notamment en France – et pas seulement entre «interventionnistes» et «anti-impérialistes» – le bilan de la désastreuse gestion d’un interminable après-guerre, lui, n’a jamais été véritablement tiré.

Le 24 mars 1999, à 20 heures, les avions de l’Otan lançaient une campagne de bombarde- ments aériens contre la République fédérale de Yougoslavie, la « Yougoslavie croupion » de Slo- bodan Milošević qui ne regroupait plus que la Serbie, le Monténégro et la Province autonome du Kosovo, où des combats opposaient depuis un an la guérilla albanaise de l’Armée de libéra- tion du Kosovo (UÇK) aux forces du régime. La démonstration de force était conçue comme une opération de courte durée, avec l’objectif de faire rapidement plier Belgrade. En réalité, la guerre allait durer soixante-dix-huit jours, la Serbie opposant une résistance que l’Alliance atlantique n’avait pas prévue. Les bombardements avaient (…)

 

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: