Libération: Ilan Shor en Moldavie, condamné, bientôt député

Il a écopé de 7,5 de prison en 2017 pour avoir orchestré le siphonnage d’un milliard de dollars de trois banques. Ilan Shor est libre, et pourrait devenir député lors des élections du 24 février. Un symbole qui en dit long sur la Moldavie d’aujourd’hui.

Article publié dans Libération, le 23/02/2019

Photo: Sadak Souici / Agence Le Pictorium

Le maire d’Orhei, qui a écopé de sept ans et demi de prison en 2017 pour avoir siphonné un milliard de dollars dans des banques, est bien parti pour être élu ce dimanche à l’occasion des législatives. Un symbole dans ce pays où la corruption règne et les oligarques se partagent le pouvoir.

«Ne restez pas ici, il n’y a rien à voir pour ceux qui veulent dire du mal de notre candidat !» L’homme interrompt sa pause cigarette pour interdire de prendre en photo le bureau de campagne du «Parti d’Ilan Shor» dans le centre de la capitale moldave, Chisinau. Le chef de parti, l’éponyme Ilan Shor, 31 ans, est bien placé pour devenir l’un des 101 députés du prochain Parlamentul (Parlement) à l’issue des élections de ce dimanche. Pourtant, il est prudent avec la presse étrangère : il a été condamné en juin 2017 à sept ans et demi de prison pour avoir orchestré le siphonnage d’un milliard de dollars dans trois banques nationales en 2014.

Hormis quelques interrogatoires et une période de mise en résidence surveillée, Ilan Shor, qui reste libre dans l’attente de l’examen de son appel, n’a jamais dormi en prison. En plein scandale, en juin 2015, il a même été élu maire d’Orhei, une ville moyenne à 40 kilomètres au nord de Chisinau, avec un soutien de 62 %. Pour nombre d’observateurs, ce parcours en dit long sur la déliquescence du système judiciaire moldave et l’état de la culture politique nationale. Cette république post-soviétique de 3,5 millions d’habitants, enclavée entre la Roumanie et l’Ukraine, n’est que «partiellement libre», selon le classement annuel de l’ONG Freedom House. Une résolution du Parlement européen de novembre 2018 décrie «un Etat capturé par les intérêts oligarchiques».

Lire le reste de l’article sur le site de Libération (accès abonnés)

  1. […] Pour en savoir plus sur les enjeux de l’élection, lire l’article dans Libération ici […]

Leave a Reply

%d bloggers like this: