RFI: En Ukraine, un jeu de chat et de la souris des débats d’entre-deux-tours

Aujourd’hui aurait pu se tenir un débat d’entre-deux-tours. Au lieu de cela, un nouvel épisode ubuesque d’une campagne inédite.

Reportage diffusé dans le journal de 20h, sur RFI, le 14/04/2019

La campagne électorale en Ukraine est toujours aussi inédite. Une semaine avant le second tour du 21 avril, les deux candidats se lancent des défis par vidéos interposés, se livrent à des examens médicaux pour déterminer si l’un d’entre est consomme trop d’alcool ou de stupéfiants, et s’invitent à des débats auxquels ils ne se rendent pas. Aujourd’hui c’est le président – candidat Petro Porochenko, en difficulté dans les sondages, qui avait convoqué un débat. Son opposant, le comédien Volodymyr Zelenskiy, n’est pas venu. A Kiev, Sébastien Gobert

A gauche, Petro Porochenko. A droite, un pupitre vide avec le nom de Volodymyr Zelenskiy. Et un constat affligé du journaliste Andriy Koulikov, modérateur du non-évènement:

Andriy Koulikov: Ici auraient pu se rencontrer deux candidats au poste de président de l’Ukraine. Mais nous n’avons qu’un seul.

Petro Porochenko fait mine de chercher son opposant dans la salle et fait mine d’improviser. Il a devant lui plus de 200 journalistes, et il transforme le débat manqué en conférence de presse de 45 minutes. Tout en sermonnant Volodymyr Zelenskiy.

Petro Porochenko: Je voulais rappeler que les débats sont un élément essentiel de la campagne, très importants pour la démocratie.

Plus de 3 millions d’Ukrainiens ont appelé à un débat d’entre-deux tours. Petro Porochenko est un orateur aguerri, et cherche le plus d’occasions possibles pour démontrer la prétendue incompétence du comique. Celui-ci assure qu’il veut débattre, mais une seule fois, le 19 avril, dans l’enceinte du stade olympique. Réponse de Porochenko: le débat du 19 avril doit se tenir dans les locaux du groupe de médias publics “Souspilné”. Ce serait donc la raison première pour laquelle le président qui avait appelé à un débat le 14. “Et si vous ne pouvez pas aujourd’hui, alors venez demain, ou après demain”, lui a lancé Petro Porochenko en s’adressant aux caméras.

Le jeu de course poursuite qui s’ensuit donne lieu à des animations et des parodies en tout genre sur les réseaux sociaux. Petro Porochenko lui-même s’en amuse, en reprenant une chanson célèbre: “Je suis venu et tu n’es pas là”. Au grand bonheur des plus de 3000 personnes qui étaient venus le soutenir à l’extérieur du stade. Dans une manoeuvre habile, le chef de l’Etat les a invité à une grande photo de famille à l’intérieur de l’arène.

Source: FB de Petro Porochenko

L’absurdité de la question du débat trahit la faiblesse de Petro Porochenko. Il est donné perdant de l’élection et a besoin d’une confrontation frontale, au contraire de Volodymyr Zelenskiy qui a tout intérêt à réserver sa parole tout en confortant son avance dans les sondages. Le jeu de chat et de la souris illustre aussi la problématique d’une campagne inédite: les Ukrainiens ne connaissent toujours pas les idées et l’essentiel du programme de Volodymyr Zelenskiy, un homme qui pourrait les gouverner pendant au moins 5 ans.

Leave a Reply

%d bloggers like this: