TDG: “Je veux devenir un homme politique tout en restant humain” – Q&R avec Volodymyr Zelenskyy

À Paris et Berlin, le nouveau président ukrainien Zelensky cherche des appuis face à Moscou. Avant son voyage, il nous a répondu.

Article rédigé sur la base de réponses reçues par écrit de Volodymyr Zelenskyy, le 17/06/2019, publié dans La Tribune de Genève le 17/06/2019

Photo: Administration présidentielle de l’Ukraine.

À Paris et Berlin, le nouveau président ukrainien Zelensky cherche des appuis face à Moscou. Avant son voyage, il nous a répondu.

Volodymyr Zelensky serait-il l’homme de la paix? En tous les cas, il veut le croire. L’ancien comédien, investi président le 20 mai, consacre la première priorité de son mandat à l’arrêt de la guerre à l’Est entre les troupes ukrainiennes et les forces prorusses et russes. Depuis 2014, elle a déjà causé la mort de 13 000 personnes, selon l’ONU. Dans les réponses écrites qu’il nous a fait parvenir en amont d’un déplacement officiel qui le conduit de Paris, lundi, à Berlin, mardi, il promeut une «nouvelle approche basée sur la désescalade, l’amélioration des conditions humanitaires et économiques pour les gens ordinaires et le respect de nos engagements de Minsk».

La solidarité occidentale

Son voyage en France et en Allemagne vise en premier lieu à y «recevoir la confirmation du soutien à l’Ukraine, à notre lutte pour l’indépendance, pour la restauration de son intégrité territoriale, pour la paix et la réintégration des territoires occupés du sud-est». La solidarité occidentale lui est cruciale pour ne pas se retrouver dans un tête-à-tête inconfortable avec Vladimir Poutine. Il assure d’ailleurs n’avoir «aucun contact direct avec Vladimir Poutine» et compte sur la restauration du «format Normandie» (France, Allemagne, Ukraine et Russie) pour relancer les négociations.

Lire le reste de l’article ici (accès libre)

Leave a Reply

%d bloggers like this: