LLB: En Ukraine, un premier pas  est de ne plus se tirer dessus

Le désengagement à Stanytsia Louhanska est inédit, et porte l’espoir d’un arrêt des combats. Il n’est pourtant qu’un “projet pilote”, isolé sur les 400 kilomètres de la ligne de front.

Reportage publié dans La Libre Belgique, le 08/07/2019

La guerre civile est entrée dans sa sixième année. Sur les 400 kilomètres de front, on pourrait imaginer la situation figée. Mais une visite à Stanytsia Louhanska et à Zolote révèle une situation contrastée.

Sous un soleil de plomb, une cohorte de civils progresse sur la route. Des familles, enfants à bout de bras, des retraités s’appuyant sur des cannes, des petits trafiquants tirant des cabas remplis de marchandises de toutes sortes. À Stanytsia Louhanska, deux kilomètres du no man’s land séparent les territoires contrôlés par l’Ukraine de la République séparatiste autoproclamée de Louhansk. Tous, jeunes, vieux et invalides, doivent se risquer à l’escalade d’une passerelle en bois qui relie les ruines d’un pont détruit au-dessus de la rivière Siverskiy Donets. Des dizaines de milliers de personnes effectuent chaque mois des allers-retours dans un véritable travail de Sisyphe. Depuis début juillet, les voyageurs qui abordent les positions militaires ukrainiennes avancées ont droit à une surprise: les fortifications faites de dalles de béton superposées sont vides.

“L’OSCE a confirmé que les positions de l’autre côté sont aussi désertes”, commente sur la route le colonel Rouslan Myrosnychenko, représentant les forces armées unies ukrainiennes. “Avant, nos troupes faisaient face aux ennemis à 400 mètres de distance par delà la ligne de contact (appellation officielle de la ligne de front). Aujourd’hui, c’est 900 mètres”. Le désengagement coordonné a été permis par un cessez-le-feu qui dure depuis le 19 juin. “D’un point de vue politique comme dans la pratique, c’est un énorme pas en avant”, avance le colonel Myrosnychenko de son air bonhomme. “Il faut trouver une solution à ce conflit”.

Lire le reste du reportage ici (accès abonnés)

Leave a Reply

%d bloggers like this: