RFI: Sortir à Nikola Lenivets

Situé à 200 kilomètres au sud de Moscou, dans la région de Kalouga, le parc de Nikola Lenivets est un lieu unique en son genre en Russie. Créé à la chute de l’Union soviétique par un cercle d’artistes à la recherche d’inspiration dans la nature, Nikola Lenivets se revendique comme le plus grand espace de « land art » en Europe – discipline qui consiste à solliciter les ressources de la nature au service de la création artistique. Dans ce parc de plusieurs centaines d’hectares, les visiteurs peuvent admirer, toucher et escalader des œuvres monumentales.

Par Étienne Bouche

Diffusé le 03/09/2019 dans l’émission “Accents d’Europe”, sur RFI (à partir de 17’22)

L’œuvre emblématique de Nikola Lenivets peut aussi bien évoquer un mammouth qu’un instrument à vent. Réalisée par Nikolaï Polisski, le maître des lieux, cette imposante figure de bois s’appelle Beaubourg : ce sont en fait les tubes du Centre Pompidou de Paris qui ont inspiré l’artiste. Au départ, Nikolaï Polisski et ses amis artistes cherchaient simplement une datcha, une maison de campagne qu’ils pourraient transformer en atelier. Dans les années 1990, ils tombent sous le charme de ce petit village à quelques heures de Moscou. Autour, le territoire est vierge et immense, la forêt est abondante. Un lieu tout trouvé pour introduire le « land art » en Russie : s’inspirer de la nature, utiliser ses ressources et faire surgir dans ce cadre sauvage sculptures et installations.

A mesure que des œuvres apparaissent, ce village on-ne-peut-plus ordinaire acquiert la notoriété d’un lieu d’art reconnu. Des artistes réputés y laissent leur empreinte – c’est le cas par exemple de l’architecte Alexandre Brodsky ou de la plasticienne Irina Korina. Aujourd’hui, le parc continue de s’enrichir : au bord de la rivière, une nouvelle installation est en cours d’édification – une installation de 27 mètres constituée de milliers de branches polies et peintes de différentes couleurs. Nikolaï Polisski, le fondateur du parc, s’est inspiré de la cathédrale de Rouen peinte par Claude Monet.

Depuis quelques années, Nikola Lenivets est devenu un lieu de pèlerinage estival de la jeunesse moscovite. Créé en 2006, son festival mêlant art et musique est prisé des citadins à la recherche d’atmosphère bucolique. L’occasion de découvrir une installation sonore au détour d’un sentier, d’assister à un opéra contemporain au crépuscule ou tout simplement de griller des brochettes et refaire le monde, dans l’ivresse des nuits d’été.

Leave a Reply

%d bloggers like this: