RFI: Des médecins du Donbass réunis à Moscou

Début septembre, la Russie et l’Ukraine procédaient à un échange de prisonniers inédit. Un acte politique qui laissait entrevoir la possibilité d’une normalisation entre les deux voisins, cinq ans après le début de la guerre dans la région ukrainienne du Donbass, un conflit dont le bilan humain est estimé à 13.000 morts. Le présidence ukrainien Volodymyr Zelensky a fait de la fin de la guerre l’objectif principal de son mandat mais les obstacles à une normalisation sont toujours très nombreux. Dans ce contexte, des médecins travaillant de part et d’autre de la ligne de front se sont récemment retrouvés à Moscou à l’occasion d’un séminaire médical.

Par Étienne Bouche

Diffusé le 10/10/2019 dans l’émission “Accents d’Europe”, sur RFI.

Certains participants ont fait deux jours de voiture pour se retrouver dans la petite salle de restaurant de cet hôtel du centre de Moscou. L’Association internationale de coopération médicale a réuni dans la capitale russe une quinzaine de praticiens du Donbass pour un séminaire théorique.

« D’abord on a choisi Moscou pour une raison très simple, c’est que les gens des territoires séparatistes ne seraient jamais venus à Kiev, explique Christian Carrer, directeur de cette association. « Pour ceux des territoires contrôlés par le gouvernement ukrainien, on a été surpris : tout de suite, ça a été ‘oui’, ‘d’accord’. Et là, autour de nous, on voit les tables qui commencent à s’animer, avec des gens qui sont des deux côtés de la ligne de front. Il y a des gens qui, parfois, ne se sont pas vus depuis cinq ans et qui avaient l’habitude de travailler ensemble. »

Christian Carrer a souhaité par cette initiative rétablir un contact entre des professionnels séparés par la guerre. Dans la salle de restaurant, les participants échangent avec un plaisir visible. Aucun ne souhaite évoquer la situation politique. Oleg travaille à Volnovakha, ville située dans la zone contrôlée par Kiev. Il est attablé avec un autre Oleg qui, lui, se trouve en territoire séparatiste. Au-delà de leurs divergences, qu’ils garderont pour eux, les deux Oleg ont la même expérience de la guerre.

« A 700 mètres de chez moi, un bus a été visé par des missiles, et Oleg a vu le même type de scènes à Donetsk, des morts… Tout cela ne concerne pas notre activité. On fait le même travail, on pense de la même manière et on est venus ici avec les mêmes intentions : approfondir nos connaissances et se perfectionner dans notre exercice du métier. »

A écouter en intégralité sur RFI (à partir de 15’40).

Leave a Reply

%d bloggers like this: