Station de ski dans les Carpathes : “Si ce projet aboutit, de nouveaux emplois seront créés”

D&B s’est récemment intéressé à un important projet de station de ski dans l’Ouest de l’Ukraine et aux inquiétudes d’organisations de défense de l’environnement, qui craignent que le projet ne mène à la destruction d’un des derniers massifs de la Transcarpathie ukrainienne presque entièrement vierge d’activités humaines.

Vous pourrez retrouver ici le reportage réalisé par Fabrice Deprez pour Al Jazeera (en anglais), ainsi que le long format réalisé par Sébastien Gobert pour RFI (en français).

Nous y joignons aujourd’hui cet extrait d’une interview réalisé avec le gouverneur de la région de Transcarpathie, Igor Bondarenko, qui détaille la position officielle des autorités locales sur le sujet.


Igor Bondarenko: Pour ce qui est de la question de Svydovets. Tout d’abord, c’est un bon projet, en principe. Nous l’avons vu. Aujourd’hui, ce projet fait l’objet de débat. Ce projet est en cours de discussions. Nous sommes en train de le revoir, à travers des discussions conjointes. Nous avons créé une commission qui fonctionne aujourd’hui. Il y a ici une très bonne composante économique. Pourquoi ? Parce que si, par exemple, ce projet est mis en œuvre, alors, c’est sûr, de nouveaux emplois seront créés. Cela permettra de stimuler l’économie de la région, à l’endroit où se trouve Svydovets, et je pense qu’on y créera de nouveaux emplois et des investissements supplémentaires. Et je voudrais dire, bien sûr, que toutes les questions liées à l’infrastructure y seront posées, y compris les routes et les jardins d’enfants.

Comme vous le comprenez bien, tout va se développer là-bas.

Si nous partons de la position dans laquelle nous voyons les choses, si nous faisons quelque chose là-bas, des pistes de ski seront construites, vous êtes au courant, oui, de ce qui est planifié là-bas ? Il aura les plus longues pistes de ski. =3,9 kilomètres, si je me rappelle bien. Il y a très peu de pistes aussi longues en Europe. Ou même pas du tout. Je ne peux pas le dire avec certitude, mais, en un mot, ce sera vraiment sérieux, et en tout cas, il n’y a pas de projet de ce genre en Ukraine.

Il faut encore noter que ce projet est développé à l’échelle globale, à partir de Bukovel qu’il va s’agrandir jusqu’ ici en Transcarpatie. Donc, quelle est notre position ? Eh bien, notre position est la suivante : nous réfléchissons, nous verrons quels investissements seront faits, comment les gens vont faire, pour que cela n’empêche pas le développement de cette région aujourd’hui, mais au contraire que cela le renforce. Et en même temps, pour ne pas faire du mal aux Carpates elles-mêmes, parce qu’il y a vraiment une nature si intacte.

Nous reconnaissons la valeur précieuse de ce que nous avons aujourd’hui … Qu’est-ce que la Transcarpatie ? La Transcarpatie c’est une perle. C’est une perle de tourisme et de loisirs. Nous devrions avoir beaucoup de gens qui veulent voir la beauté de la nature, je veux dire des gens, des touristes qui viendront à nous. Bien sûr, c’est très intéressant. Aujourd’hui, les villes déjà polluées sont un problème.

C’est pourquoi je pense qu’il est nécessaire d’aborder cette question de manière très, je le répète, très équilibrée. Tout d’abord, pour tenir compte du fait que, pour attirer les investissements et, ainsi, pour donner l’occasion de développer cette région, et en même temps, de faire le maximum pour préserver la nature vierge, telle qu’elle est maintenant.

Deprez: Mais vous ne voyez pas encore de problème avec le plan ? Parce qu’à l’heure actuelle, ce n’est pas clair qui se trouve derrière le projet.

Bondarenko : Je n’ai rencontré cette société qu’une seule fois aujourd’hui. Elle avait sa propre vision, et ils ont montré ce qu’ils voulaient. J’ai leur ai dit que nous créerions une commission à ce sujet, qui travaillerait ensemble et nous y travaillerions, afin de ne pas nuire une fois pour toute à la nature et de donner l’occasion d’apporter les investissements qui permettraient de créer des emplois supplémentaires. Permettre de gagner un bon salaire pour les gens et développer de petites entreprises. Cela signifie aussi une sorte de petites exploitations agricoles, qui… Qui sont les fermiers ? Ce sont les gens qui produisent du fromage et des saucisses. Des gens, des touristes, des touristes de France viennent chez nous avec plaisir. Ils ne vont pas qu’en France pour des fromages français, ou des baguettes, ou vos vins français ; mais vous viendrez aussi pour nous voir, pour regarder cette beauté immaculée, pour skier et vous vous direz « oh, combien la nature est préservée et que tout est bon chez vous, et comme vous avez ici de savoureux fromages, des saucisses gouteuses, et même le vin transcarpatien est bon.

Deprez : La compagnie que vous avez rencontrée s’appelait… Comment s’appelait-elle?

Bondarenko : Eh bien, c’est Bukovel. D’après ce que j’ai compris, ce sont eux qui veulent aujourd’hui.

Deprez: Bukovel, oui oui.

Bondarenko : Eh bien, c’est compréhensible. Ce sont bien eux qui sont à l’origine de tout cela.

Leave a Reply

%d bloggers like this: