RTS: Les efforts de paix sont-ils palpables à l’est de l’Ukraine?

Désengagement militaire, retour de 3 navires ukrainiens… Les initiatives en vue d’apaiser les tensions entre Ukraine et Russie se multiplient. Ils devraient culminer lors d’une rencontre Format Normandie à Paris le 9 décembre. Un processus qui engendre incertitudes et controverses.

Question & Réponses dans l’émission Tout un Monde, sur la RTS, le 18/11/2019

Photo: Niels Ackermann / Lundi13

Intervention suivie d’un entretien avec Oleg Sentsov réalisé à Kiev au micro de Sébastien Gobert, à écouter ici

Est-ce que l’on se rapprocherait de la paix dans l’est de l’Ukraine? A la suite de l’annexion de la Crimée au printemps 2014, un conflit armé a déchiré la région industrielle du Donbass. Les troupes ukrainiennes se battent depuis plus 5 ans contre des forces séparatistes soutenues par la Russie. La guerre, la seule sur le continent européen depuis les guerres des Balkans, a déjà coûté la vie à plus de 13000 personnes selon l’ONU. Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, un ancien comédien, multiplie lui les efforts de paix. Une rencontre “Format Normandie” est prévue pour le 9 décembre à Paris. Mais c’est un vrai travail de Sisyphe…

Sébastien Gobert revient tout juste d’un reportage dans l’est de l’Ukraine. Est-ce que les efforts de paix sont palpables?

Il y a du mouvement, c’est le moins que l’on puisse dire. Sous l’impulsion de Volodymyr Zelenskyy, on assiste à un processus de désengagement militaire de part et d’autre. L’idée du président, c’est que s’il y a suffisamment de distance entre les belligérants, ils se tireront moins dessus. Alors, les soldats ne vont pas loin, à un ou deux kilomètres en arrière, et pour l’instant, c’est très partiel, et limité à trois zones bien définies. Sur le reste de la ligne de front, qui fait 400 kilomètres de long, les affrontements se poursuivent, et il y a des morts quasiment chaque semaine. Donc c’est un processus très timide, même s’il envoie un certain nombre de signaux d’apaisement.

Est-ce que ce retrait partiel s’accompagne d’un processus politique pour en finir avec la guerre?

On a du mal à en définir les contours, et c’est cela qui appelle à une grande prudence. Volodymyr Zelenskyy se dit prêt, lui. Il a demandé un grand sommet international avec Vladimir Poutine, sous l’égide de la France et de l’Allemagne, pour décider d’une solution négociée. Le Kremlin lui a longtemps refusé, avant de convenir d’une rencontre le 9 décembre à Paris. Le 18 novembre, la Russie s’est aussi résolue à rendre trois navires militaires ukrainiens capturés pendant une sorte de bataille navale au large du détroit de Kertch en novembre 2018. Le contenu des négociations reste néanmoins difficile à prévoir, car comme vous savez, Vladimir Poutine nie toujours son intervention en Ukraine et en fait il joue juste le rôle de porte-parole des séparatistes qu’il a pourtant lui-même créé. Ces derniers n’ont pas donné de signe qu’ils voulaient faire la paix et réintégrer l’Ukraine. Et puis, dernière composante du problème: il y a beaucoup de monde en Ukraine qui ne veut pas négocier avec la Russie, ou réintégrer les territoires séparatistes.

Oui, on voit que Volodymyr Zelenskyy doit aussi faire face à une forte opposition à Kiev contre sa politique d’apaisement. Est-ce que c’est dangereux pour le président?

Disons que les risques sont bien réels. On a vu des manifestations de plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les villes d’Ukraine contre la politique du président, et des vétérans de guerre ont cherché à occuper les positions abandonnées par les militaires sur la ligne de front. Tout cela parce qu’une partie de l’opinion publique redoute par dessus tout que Volodymyr Zelenskyy ne fasse trop de compromis à Vladimir Poutine et que l’Ukraine se retrouve paralysée par une mauvaise paix. On a vu certains groupes nationalistes à l’oeuvre par le passé, et on sait que leur potentiel de déstabilisation doit être pris au sérieux. Alors ce que l’on peut dire, c’est qu’aujourd’hui en Ukraine, il n’y a rien de plus fragile que ce processus de paix.

Intervention suivie d’un entretien avec Oleg Sentsov réalisé à Kiev au micro de Sébastien Gobert, à écouter ici

Photo: Halyna Shyyan
Photo: Halyna Shyyan
  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

  2. Sébastien Gobert November 24, 2019 at 20:11

    Merci infiniment de ce gentil commentaire et de votre intérêt. Nous ne manquerons pas de venir nous intéresser à votre travail. Une belle soirée!

Leave a Reply

%d bloggers like this: