RTS: Qu’attendent les Ukrainiens du Donbass de la rencontre de Paris du 9 décembre?

Le Donbass vit son 6ème hiver de guerre. Qui croit encore à la paix dans la région, et quelle forme prendrait-elle?

Reportage diffusé dans les journaux de la matinale, sur la RTS, le 06/12/2019

Meurtrie par l’annexion de la Crimée en 2014 et une guerre sans fin qui a provoqué la mort de 13000 personnes dans l’est, l’Ukraine se prépare à un sommet crucial le lundi 9 novembre. L’Ukrainien Volodymyr Zelenskyy y rencontrera Vladimir Poutine sous l’égide d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel pour amorcer une résolution politique du conflit. On attend un échange de prisonniers, une solution sur le transit du gaz naturel, ou encore la réintégration des républiques séparatistes de Louhansk et Donetsk. Sébastien Gobert s’est rendu sur place pour constater les attentes de la population au point de passage de Stanytsia Louhanska.

Oleksandr hisse son cabas dans le bus. Les portes se ferment, et le véhicule chargé de civils se dirige vers le point de contrôle ukrainien.

Oleksandr: Welcome to Ukraine!

Oleksandr rentre chez lui en territoire ukrainien depuis la république séparatiste de Louhansk, soutenue par la Russie depuis 2014. Aujourd’hui, le passage est simple: le pont qui enjambe la rivière avait été détruit en 2015, il vient tout juste d’être reconstruit.

Oleksandr: C’est bien mieux comme ça. Avant, c’était très dur pour les babushkas et les invalides. Et on espère qu’on aura bientôt la paix…

Nouveau pont à Stanytsia Louhanska, 27/12/2019

La reconstruction du pont fait partie d’un plan de désengagement militaire de Volodymyr Zelenskyy. Les progrès sont cantonnés à trois zones isolées sur les 400 kilomètres de ligne de front encore animées de duels d’artillerie, mais des avancées certaines, vitales pour les civils. Près de 14000 personnes franchissent le nouveau pont de Stanytsia Louhanska chaque jour. Tous ici attendent la paix, mais les opinions sur la résolution politique divergent.

Nataliya marche dans le no man’s land:

Nataliya: Je veux que la guerre s’arrête et qu’on revienne en Ukraine. On ne veut pas vivre dans leur république de Louhansk.

A ses côtés, Maria est d’un tout autre avis

Maria: Il est encore trop tôt pour revenir en Ukraine. Il leur faut un gouvernement “normal” qui se débarrasse des nationalistes.

Les négociations à Paris se tiendront sans ces civils, et il est très difficile d’en deviner l’issue. Oleksandr veut rester pragmatique.

Oleksandr et sa femme

Oleksandr: On ne croyait pas que l’on pouvait avoir un nouveau pont, mais on l’a. Les troupes se sont retirées. Il y a des choses qui changent et c’est l’essentiel. Quand rien ne change, les gens perdent espoir. Ce que Zelenskyy a fait en premier lieu, c’est qu’il a rendu l’espoir aux gens.

Bientôt face à Vladimir Poutine, le président ukrainien est soumis à de nombreuses contraintes, à l’étranger comme dans son pays. Il doit composer avec les attentes diverses de sa population et l’opposition de vétérans de guerre. La route est encore longue pour mettre fin au seul conflit ouvert sur le continent européen.

Leave a Reply

%d bloggers like this: