RFI: A Moscou, journée de soutien aux “prisonniers politiques”

A Moscou, plusieurs collectifs issus de la société civile organisaient ce samedi une journée caritative en soutien à de jeunes gens condamnés lourdement par la justice dans des affaires contestées. Des « prisonniers politiques », selon les organisateurs de cette action qui se tenait dans les locaux de l’organisation Open Russia, fondée par Mikhaïl Khodorkovski.

Par Etienne Bouche

Diffusé le 02/02/2020 sur RFI

Les participants ont apporté des livres, vêtements et autres objets inutilisés. Tout est à vendre : les fonds récoltés permettront de payer des frais d’avocat ou d’aider les familles des condamnés. Alla Frolova, une militante active, insiste : ces affaires doivent être portées à la connaissance du plus grand nombre.

« Après en avoir entendu parler une fois, les gens vont aller voir sur internet et découvriront beaucoup d’autres cas. C’est le sens d’une journée comme celle-ci : relayer les infos comme on transmet un témoin sur une piste d’athlétisme. En parler à un chauffeur de taxi, par exemple. C’est comme ça que l’on retiendra l’attention. »

Egor Joukov aurait pu lui aussi se retrouver derrière les barreaux. Le soutien public dont il a bénéficié semble avoir joué en sa faveur puisqu’il a finalement été condamné à une peine avec sursis. Visage de l’année 2019 pour le quotidien Vedomosti, cet étudiant de 21 ans est bien décidé à s’engager en politique mais il en mesure les défis.

« Dès que j’en aurai la possibilité, je voyagerai à travers le pays pour discuter avec les gens. Moscou se distingue nettement de la Russie. Si tu entends représenter les intérêts de tout le pays, il faut aller à sa découverte et comprendre ses préoccupations. Nous ne changerons rien en restant dans notre petit cercle moscovite. » 

L’opposition entend entretenir une mobilisation civile consolidée l’été dernier dans un contexte où les autorités semblent envoyer des signaux d’inflexion. La Cour constitutionnelle a ordonné cette semaine que soit révisé le jugement d’un manifestant pacifique condamné à quatre ans de prison tandis que cinq policiers impliqués dans la retentissante affaire Golounov, du nom de ce journaliste injustement accusé de trafic de drogue, ont été arrêtés.

Sur près de 60.000 affaires pendantes devant la Cour européenne des droits de l’Homme, 25% des requêtes ont été déposées par des citoyens russes.

Leave a Reply

%d bloggers like this: