RFI: Des dizaines de bébés issus de GPA bloqués en Ukraine

Plus d’une centaine de bébés sont nés de mères-porteuses depuis que l’Ukraine a interdit les étrangers d’entrée sur son territoire. Le temps passant, ils pourraient bientôt être un millier.

Papier diffusé dans les journaux de RFI, le 15/05/2020

L’Ukraine a été l’un des premiers pays d’Europe à fermer ses frontières pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Kiev a interdit les entrées aux étrangers, ce qui a créé une situation très particulière dans ce pays réputé dans le monde entier pour son expertise dans la gestation pour autrui, la GPA. Des dizaines de nouveaux-nés sont en ce moment bloqués en Ukraine, leurs parents ne pouvant venir les chercher. Depuis Lviv, Sébastien Gobert

Des dizaines de berceaux sont alignés dans les chambres d’un hôtel possédé par une clinique de GPA, à Kiev. Les images vidéo diffusés par la direction de l’établissement visent à attirer l’attention des autorités sur le sort de ces nouveaux-nés, pour l’instant sans parents. Plus d’une centaine de bébés sont nés de mères-porteuses pendant la période de confinement. Le temps passant, ils pourraient bientôt être un millier. Un chiffre qui illustre la place incontournable que l’Ukraine occupe sur le marché mondial de la GPA, pour des parents venus des cinq continents. Le coût d’une procédure de gestation pour autrui oscille en général entre 20 et 25000 euros. En raison des mesures de quarantaine imposées en Ukraine, les parents légaux requièrent désormais une autorisation spéciale de leur ambassade pour se rendre à Kiev. Or, certains pays comme la France ne reconnaissent pas la GPA, et refusent d’intercéder en faveur des parents. Ceux-ci doivent donc patienter, et se contenter des conférences vidéo organisées par les cliniques pour découvrir leurs bébés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: